Relations sexuelles proscrites hors mariage : l'Indonésie veut rassurer les touristes sur son nouveau code pénal

F.S.
Publié le 12 décembre 2022 à 17h08

Source : Sujet TF1 Info

L'inquiétude est née du nouveau code pénal indonésien.
Celui-ci criminalise les relations sexuelles hors mariage.
Le secteur du tourisme s'affole, le gouvernement cherche à rassurer.

"Je veux m'adresser aux touristes étrangers en leur disant : venez en Indonésie, vous ne serez pas poursuivis par cet article", a déclaré Edward Omar Sharif Hiariej, vice-ministre de la Justice et des Droits humains. L'enjeu est vital pour les régions dépendantes du tourisme, comme l'île de Bali, craignant que les touristes fuient l'Indonésie après l'adoption du nouveau code pénal. 

Celui-prévoit notamment de criminaliser les relations sexuelles hors mariage, qui seront punies d'un an de prison, ainsi que la cohabitation des couples non-mariés, qui écoperont de six mois. Approuvé la semaine dernière par le Parlement, celui-ci attend encore la signature du président du pays, Joko Widodo, avant le début d'une période de mise en place transitoire de trois ans.

Bali reste Bali
Wayan Koster, gouverneur de la province

À Bali, principale destination touristique de l'archipel, le gouverneur Wayan Koster a tenté d'apaiser les craintes sur le nouveau code pénal, assurant que les autorités ne vérifieraient pas l'état matrimonial des touristes. L'île à majorité hindouiste de Bali, dans un pays musulman à 87%, ne changera pas sa politique envers les étrangers après la mise en place du code, a-t-il assuré. "Bali reste Bali", une île "confortable et sûre pour les visiteurs"

Un texte "incompatible avec les droits humains"

Le texte du nouveau code pénal indonésien avait été critiqué la semaine dernière par l'ONU comme "incompatible avec les droits humains". L'Australie, dont les ressortissants apprécient particulièrement cette destination touristique d'Asie du Sud-Est, avait demandé des "éclaircissements"

Pour l'ONG Human Rights Watch, la prohibition du sexe hors mariage et du concubinage pourrait être utilisée pour criminaliser la communauté LGBTQ+, dans un pays qui n'autorise pas le mariage entre personnes du même sexe, même si des articles qui prévoyaient de rendre l'homosexualité illégale ont finalement été retirés du texte. 

Le nouveau code pénal contient aussi des articles qui "ont le potentiel de criminaliser le travail journalistique et d'entraver la liberté de la presse", estime l'ONU. Les journalistes pourront notamment être poursuivis pour avoir publié des informations "qui peuvent inciter aux troubles publics".  

Le texte risque aussi de limiter les droits politiques et religieux, avec plusieurs nouveaux articles sur le blasphème, déjà un crime en Indonésie, qui élargissent sa définition. Le gouvernement indonésien affirme vouloir s'affranchir d'un code pénal qui remontait à l'ère coloniale néerlandaise, mais sa réforme intervient alors que le pays connaît un glissement croissant vers le fondamentalisme, dénoncent plusieurs ONG.


F.S.

Tout
TF1 Info