L'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans plusieurs communes touchées par les inondations en Guadeloupe.
Le centre de l'île a été frappé par de fortes inondations dans la nuit du 29 au 30 avril.
Deux personnes ont perdu la vie à la suite des fortes pluies et une autre reste disparue.

Demandé par plusieurs élus de Guadeloupe, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu pour plusieurs communes touchées par les inondations qui ont frappé le centre de l’île fin avril, a indiqué ce mercredi 11 mai le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu. Les incidents ont causé la mort de deux personnes et une autre est encore activement recherchée. 

Dans un tweet, le ministre des Outre-mer a indiqué avoir "informé le président du Département de Guadeloupe, Guy Losbar, (...) que suite aux inondations qui ont touché la Guadeloupe, le 30 avril, l'état de catastrophe naturelle avait été reconnu pour Les Abymes, Pointe-à-Pitre, Le Gosier et Morne-à-l'eau". Au début du mois de mai, les parlementaires PS de Guadeloupe ont écrit au Premier ministre pour diverses raisons : lui demander de reconnaître l'état de catastrophe naturelle et renforcer la coopération avec les collectivités, pour augmenter les investissements contre l'artificialisation des sols.

Un phénomène récurrent en Guadeloupe

La Guadeloupe reste très concernée par le risque d'inondation en raison du dérèglement climatique. Jusqu'ici, l'Observatoire de l'énergie et du climat régional prévoyait l'inondation, à l'horizon 2050, de 42 hectares urbanisés de Pointe-à-Pitre. Dans son  dernier scénario, la surface a augmenté et passe à 48 hectares. 

En plus de la Guadeloupe, l'état de catastrophe naturelle a été activé par le Ministère de l'Intérieur pour la commune de Salazie à La Réunion, selon un communiqué. L'île a été frappée par des orages pluvieux entre le 2 et le 4 avril 2022.


Mélinda Correia, avec l'AFP

Tout
TF1 Info