Irak : des armes chimiques irakiennes aux mains de Daech ?

Publié le 15 octobre 2014 à 18h37
Irak : des armes chimiques irakiennes aux mains de Daech ?

ETATS-UNIS - Une enquête du New York Times révèle que les troupes américaines qui sont intervenues en Irak en 2003 ont trouvé et laissé derrière elles de vieilles armes chimiques irakiennes. Lesquelles se trouveraient aujourd'hui sous le contrôle de Daech.

"Les Etats-Unis sont partis en Irak en clamant qu'il fallait stopper un programme d'armes de destructions massives. A la place, ils n'ont trouvé que de vieilles armes chimiques". C'est sur ces propos que débute une longue enquête publiée mardi dans le New York Times révélant les trouvailles des troupes américaines dans le pays après la guerre de 2003, tenues secrètes jusqu'ici. Des armes chimiques laissées sur place qui pourraient déjà être aux mains des islamistes de Daech.

Le journal américain se base sur de nombreux entretiens – avec des vétérans de l'armée américaine et des officiels américains et irakiens – et des documents classés un temps secrets obtenus grâce au Freedom of Information Act. metronews fait le point sur ces révélations.

Des tonnes d'armes chimiques découvertes
Au total, les troupes américaines ont trouvé près de 5000 roquettes, obus ou bombes chimiques, assure le New York Times, contenant du gaz moutarde, sarin et d'autres agents neurotoxiques. Ces armes sont des reliques d'un programme d'armement lancé par l'Irak durant les années 1980 et la guerre avec l'Iran. Aucune n'aurait été fabriquée après 1991.

Des découvertes gardées secrètes
Le secret le plus total a été maintenu sur la découverte de cet arsenal disséminé dans tout le pays. Soldats et officiers avaient interdiction d'en parler, à tel point que certains ont menti aux élus du Congrès américain en déclarant n'avoir "rien trouvé de significatif".

Selon plusieurs témoignages, l'administration Georges Bush aurait cherché à taire ces éléments gênants pour éviter que l'intervention en Irak ne soit davantage remise en cause. "Ils avaient besoin de choses montrant que Saddam Hussein avait utilisé des armes chimiques après le 11-Septembre (…) Mais tout cela datait d'avant 1991", raconte un ancien officier.

D'autres vétérans soulignent l'embarras de l'armée après que plusieurs soldats ont été blessés en découvrant – parfois par hasard – ces armes chimiques. Pire, les blessés n'ont pas pu bénéficier des soins appropriés aux Etats-Unis, secret défense oblige.

Des armes aux mains de Daech ?
En levant le camp d'Irak, les Etats-Unis auraient perdu la trace de nombre de ces armes. Et maintenant que l'organisation terroriste Daech contrôle la plupart des régions où elles ont été trouvées, le New York Times s'inquiète de l'usage qui pourrait en être fait. "Cela illustre le risque qu'il y a d'abandonner des armes chimiques", poursuit le journal. A l'époque, les Américains n'avaient même pas pris la peine d'en informer la communauté internationale.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info