Plusieurs explosions sont survenues, dans la nuit de jeudi à vendredi, dans le centre de l'Iran.
Selon des hauts responsables américains, il s'agit des représailles d'Israël aux attaques iraniennes menées le weekend dernier sur son sol.
De son côté, l'État hébreu se refuse à tout commentaire sur la situation.

Un peu moins d'une semaine après l'attaque iranienne sur Israël, un nouveau développement majeur est survenu dans la région ce vendredi aux aurores, une date qui coïncide avec le 85e anniversaire du guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei. TF1Info fait le point. 

Plusieurs explosions sur le sol iranien et syrien

Plusieurs explosions ont été rapportées tôt dans la journée dans le centre de l'Iran. Téhéran a fait état de trois détonations près d'une base militaire à Qahjavarestan, localité située entre Ispahan et son aéroport, dans le centre du pays, selon l'agence officielle Fars. 

Des drones ont été abattus mais il n'y a pas eu d'attaque par missiles "jusqu'à présent", ont indiqué les autorités iraniennes. La détonation est liée à "des tirs de la défense aérienne sur un objet suspect", a précisé un responsable iranien à CNN. Il n'y a eu aucun "dommage ou incident", a, de son côté, assuré le général Mihandoust, haut commandant militaire, dans la province d'Ispahan. 

À l'échelle du pays, l'Iran a activé sa défense aérienne dans plusieurs provinces, mais "aucun dégât ou explosion à grande échelle n'a été signalé", a rapporté l'agence officielle Irna, en se basant sur les informations rapportées par ses journalistes. "Contrairement aux rumeurs et aux affirmations faites par les médias israéliens", il "n'y a aucune information faisant état d'une attaque de l'étranger contre la ville centrale d'Ispahan ou toute autre partie du pays", a même certifié l'agence Tasnim, s'appuyant sur des "sources bien informées"

Par ailleurs, "une position de radar de l'armée syrienne entre les provinces de Soueida et de Deraa" a été ciblée, a annoncé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). Cette attaque a coïncidé avec le "moment où l'aviation israélienne survolait intensivement la région de Deraa", a-t-il souligné. 

Pas de dégâts sur les sites nucléaires

Selon les premières informations, aucune infrastructure nucléaire n'a essuyé de dégâts. D'ailleurs, les installations nucléaires basées dans la région d'Ispahan sont "totalement en sécurité", a expliqué l'agence Tasnim. Une information confirmée par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui a spécifié "qu'aucun site nucléaire iranien n'avait été endommagé". 

Quelles conséquences ?

Dans ce contexte tendu, les vols commerciaux ont été brièvement suspendus à partir et à destination de Téhéran. Ils ont repris en début de matinée, selon Irna. La compagnie aérienne émiratie Flydubai a néanmoins annulé ses vols vers l'Iran prévus ce jour. De même, l'ambassade américaine en Israël a ordonné à ses employés et à leurs familles de limiter leurs déplacements à l'intérieur du pays. L'Australie a, elle, intimé à ses ressortissants de quitter l'État hébreu. 

Israël silencieux, les États-Unis disent avoir été avertis

Pour l'heure, Israël n'a fait aucun commentaire officiel. Toutefois, ces frappes seraient, en fait, des représailles israéliennes après l'attaque iranienne survenue le weekend dernier, ont affirmé plusieurs responsables américains cités par des médias locaux, dont la chaîne ABC News. Par ailleurs, Washington dit avoir été prévenu la veille de l'imminence de cette attaque, sans connaître la date exacte ni les moyens déployés. Pour autant, les États-Unis disent n'avoir ni approuvé l'opération ni joué aucun rôle dans son exécution, selon des responsables cités par les médias américains.

De premiers enseignements

Attaque de l'Iran : les principaux enseignementsSource : TF1 Info

Cet enchaînement d'événements permet de tirer plusieurs enseignements, comme le soutient Grégory Phillipps, chef du service international de LCI. Déjà, Israël a effectivement répondu à l'attaque sur son sol quelques jours plus tôt. Ensuite, l'État hébreu est effectivement capable d'envoyer des projectiles - missiles ou drones - jusqu'en Iran. Enfin ce ne sont a priori pas des sites nucléaires qui ont été visés mais des installations militaires appartenant aux Gardiens de la révolution. 


M.G

Tout
TF1 Info