La militante Narges Mohammadi a "célébré" son prix Nobel de la paix "dans sa cellule" en Iran

par E.R. avec AFP
Publié le 7 octobre 2023 à 19h09

Source : TF1 Info

La militante de 51 ans a reçu vendredi le Prix Nobel de la Paix pour son combat contre l'oppression des femmes.
Elle est actuellement détenue en Iran.
C'est depuis sa cellule qu'elle a appris et célébré sa victoire avec ses codétenues.

Elle a célébré la nouvelle depuis sa cellule. La militante iranienne Narges Mohammadi, emprisonnée en Iran, a "éclaté de joie" en apprenant qu'elle avait remporté le Prix Nobel de la Paix, a indiqué sa famille ce samedi. 

"Narges a appris être récipiendaire du Nobel de la paix hier en fin d'après-midi par les messages relayés depuis le quartier des hommes, qui ont plus facilement accès aux téléphones le vendredi", a précisé sa famille dans un communiqué transmis à l'AFP. 

Avec ses codétenues, elles "ont alors éclaté de joie et ont célébré cette victoire dans leur cellule", poursuit le texte, malgré la diffusion de la nouvelle le soir même par la télévision d'Etat accompagnée d'un "portrait injurieux et diffamatoire" de Narges. 

Un combat contre le voile obligatoire pour les femmes

Narges Mohammadi est une militante et journaliste âgée de 51 ans. Elle a reçu le prix Nobel de la paix "pour son combat contre l'oppression des femmes en Iran et sa lutte pour la promotion des droits humains et la liberté pour tous", a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen.

Vice-présidente du Centre des défenseurs des droits de l'Homme fondé par Shirin Ebadi, elle aussi prix Nobel en 2003, Narges Mohammadi a été maintes fois condamnée et emprisonnée depuis 25 ans pour son engagement contre le voile obligatoire pour les femmes et contre la peine de mort.

"Une récompense pour le peuple iranien"

A l'annonce de sa distinction, l'ONU a demandé sa libération, mais Téhéran a dénoncé "une décision partiale et politique". "Nous constatons que le Comité Nobel a attribué le Prix de la Paix à une personne reconnue coupable de violations répétées des lois et qui a commis des actes criminels", a réagi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Nasser Kanani, dans un communiqué.

Le fils de la militante, âgé de 17 ans et qui vit avec sa soeur et leur père, en exil à Paris, s'était dit lors d'une conférence de presse vendredi "très, très fier d'elle, très heureux", ajoutant que ce prix constituait "une récompense pour le peuple iranien".


E.R. avec AFP

Tout
TF1 Info