Iran : la révolte du voile

Iran : les forces de sécurité tirent sur des manifestants après un hommage à Mahsa Amini

Marius Bocquet avec AFP
Publié le 27 octobre 2022 à 6h23
JT Perso

Source : JT 20h WE

Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi à Saguez, ville d'origine de Mahsa Amini, décédée le 16 septembre après son arrestation par la police des mœurs.
Une manifestation réprimée par les forces de sécurité, selon des vidéos publiées sur les réseaux sociaux.

Les forces de sécurité iraniennes ont ouvert le feu mercredi sur des manifestants rassemblés dans la ville d'origine de Mahsa Amini, où des milliers de personnes avaient assisté à une cérémonie d'hommage à la fin du deuil traditionnel de 40 jours.

"Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes et ouvert le feu sur les gens sur la place Zindan à Saghez", dans la province du Kurdistan (ouest), a indiqué sur Twitter Hengaw, un groupe de défense des droits des Kurdes d'Iran, basé en Norvège.

Défiant un dispositif de sécurité renforcé, criant "Femme, vie, liberté" ou "Mort au dictateur", une foule d'hommes et de femmes s'était réunie autour de la tombe de la jeune femme dans le cimetière Aichi de Saghez, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux.

Dès mardi soir, les autorités avaient renforcé leur dispositif à Saghez. Les accès à la ville auraient également été bloqués.

L'accès à internet a été bloqué mercredi pour des "raisons de sécurité" dans la province iranienne du Kurdistan d'où était originaire Mahsa Amini. "Suite aux tensions et aux affrontements dispersés qui se sont produits après la cérémonie, la connexion internet a été coupée dans la ville de Saghez pour des raisons de sécurité", a indiqué mercredi l'agence de presse Isna.

"Près de 10.000 personnes, notamment des habitants de Saghez mais aussi des villes environnantes, se sont dirigées" vers la tombe de Mahsa Amini, selon Isna. "Une partie de la foule était prête à l'affrontement" avec les forces de l'ordre, "l'un des participants ayant hissé le drapeau du Kurdistan irakien", ajoutait l'agence.

300 personnes arrêtées

L'Iran est secoué par des protestations depuis la mort le 16 septembre de cette jeune Kurde iranienne, décédée trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des mœurs qui lui reprochait d'avoir enfreint le code vestimentaire strict du pays, prévoyant notamment le port du voile en public. 

La justice iranienne a annoncé mercredi avoir inculpé plus de 300 personnes, portant à plus de mille le nombre officiel des inculpations liées à ces manifestations.

Lire aussi

Des dizaines de personnes, principalement des manifestants mais aussi des membres des forces de sécurité, ont été tuées lors de manifestations qualifiées d'"émeutes" par les autorités. Des centaines d'autres, dont des femmes, ont été arrêtées.


Marius Bocquet avec AFP

Tout
TF1 Info