Iran : la révolte du voile

Iran : le pouvoir annonce la suppression de la police des mœurs

T.D
Publié le 4 décembre 2022 à 10h16
JT Perso

Source : TF1 Info

Très critiquée en Iran, la police des mœurs va disparaître, ont annoncé les autorités.
C'est elle qui veillait jusqu'à présent au respect du port du voile dans l'espace public.
Cette décision constitue un signal fort, mais ne laisse pas présager d'une évolution de la loi vers davantage de liberté pour les femmes.

Depuis le début du mouvement de contestation qui s'est emparé de l'Iran, voilà près de trois mois, la police des mœurs est régulièrement ciblée par les manifestants, accusée notamment d'arrestations violentes de jeunes femmes qui n'auraient pas porté leur voile d'une manière appropriée.

Ces unités spécifiques des forces de l'ordre vont disparaître, a annoncé le procureur général du pays, Mohammad Jafar Montazari. "Ceux-là mêmes qui ont créé la police des mœurs l’ont démantelée", a-t-il lancé, comme le rapporte RFI ce dimanche.

Le signe d'une volonté d'apaisement ?

Avec cette décision, il est possible que les autorités cherchent à favoriser un retour au calme, alors même que des appels à manifester ont été lancés ces derniers jours sur les réseaux sociaux. Trois journées de protestations et de grève sont prévues à partir de lundi et certains appellent à prendre les armes et à viser des organes du pouvoir central iranien.

Lire aussi

RFI rappelle le Parlement et une autre instance, dirigée par le président Ebrahim Raïssi, planchent à l'heure actuelle sur une modification de la loi relative au port du voile islamique. Une réforme dont personne ne peut, à l'heure qu'il est, préciser les contours, ni assurer qu'elle conduira à un assouplissement des règles en vigueur. Le résultat de ces réflexions est attendu d'ici deux semaines environ.

Selon un député, dont les propos sont rapportés par la radio, la police pourrait dans un futur proche cesser les arrestations et choisir une autre voie pour sanctionner le non-respect du port du voile. Des amendes sont ainsi évoquées à l'encontre des contrevenantes. Au cours des dernières semaines, de nombreuses vidéos ont été diffusées en ligne, montrant des Iraniennes non voilées défier les autorités religieuses en évoluant dans l'espace public sans voile. Un pied de nez au pouvoir, en marge des manifestations qui se sont succédé suite au décès de la jeune Mahsa Amini, 22 ans, à la mi-septembre.


T.D

Tout
TF1 Info