Israël : le Hezbollah attaque pour la première fois une base militaire près de Tibériade avec des drones

par T.G.
Publié le 15 mai 2024 à 22h35

Source : TF1 Info

Le Hezbollah libanais a revendiqué mercredi pour la première fois une attaque sur une base militaire située près de Tibériade, dans le nord d'Israël.
Selon le mouvement pro-iranien, il s'agit d'une réponse à une frappe israélienne qui a tué la veille un commandant local.

Le Hezbollah intensifie ses frappes contre Israël. La formation islamiste libanaise a revendiqué, mercredi 15 mai, une attaque sur une base militaire située près de Tibériade, dans le nord d'Israël, à environ 30 km de la frontière avec le Liban. Une première, après une journée déjà marquée par de nombreux bombardements entre les deux ennemis. Dans un communiqué, le Hezbollah a indiqué que ses combattants ont "lancé une attaque aérienne à l'aide de plusieurs drones" sur une base située à l'ouest de Tibériade. Les attaques du Hezbollah se limitaient jusque-là aux villes et bases israéliennes situées à la frontière avec le Liban.

Une réponse à "l'assassinat" d'un commandant local

Plus tôt dans la journée, le mouvement libanais a dit avoir lancé "des dizaines de roquettes Katioucha" sur la base militaire de contrôle aérien de Meron, dans le nord d'Israël, et avoir également visé la caserne de Biranit.

Ces bombardements interviennent en riposte "à l'assassinat mené par l'ennemi israélien dans le sud du Liban", selon le communiqué. Tsahal a en effet "éliminé" dans une frappe aérienne un commandant local du Hezbollah, Hussein Makki, dans la ville côtière de Tyr dans le sud du Liban. La formation libanaise a confirmé la mort de Makki, 55 ans. Une source proche du Hezbollah a indiqué à l'AFP qu'il était un "commandant local" du mouvement. 

Depuis l'assaut d'Israël à Gaza en représailles à l'attaque sur son sol le 7 octobre, la frontière libanaise est en ébullition. Sept mois de violences transfrontalières ont fait au moins 412 morts au Liban, pour la plupart des combattants du Hezbollah, mais également 79 civils, selon un décompte de l'AFP. Côté israélien, au moins 14 soldats et dix civils ont été tués dans ces violences qui ont déplacé des dizaines de milliers de personnes des deux côtés de la frontière.


T.G.

Tout
TF1 Info