Jérusalem : la France "préoccupée" après la visite controversée d'un ministre israélien sur l'esplanade des Mosquées

TG avec AFP
Publié le 3 janvier 2023 à 9h06, mis à jour le 4 janvier 2023 à 15h58

Source : Sujet TF1 Info

Le nouveau ministre israélien de la Sécurité nationale et figure de l'extrême droite, Itamar Ben Gvir, s'est rendu tôt mardi sur l'esplanade des Mosquées.
Il s'agit du "prélude à une escalade dans la région", a prévenu le Hamas.
De son côté, la France a exprimé sa "préoccupation".

"Notre gouvernement ne cédera pas aux menaces du Hamas". Ben Gvir, le nouveau ministre israélien de la Sécurité nationale et figure de l'extrême droite, a bravé la menace du Hamas en se rendant ce mardi matin sur l'esplanade des Mosquées, à Jérusalem. "Le Mont du Temple est le lieu le plus important pour le peuple d'Israël, nous maintenons la liberté de mouvement pour les musulmans et les chrétiens, mais les Juifs monteront aussi sur le Mont du Temple et ceux qui menacent doivent être traités avec une poigne de fer", a-t-il déclaré. Ce dernier connait bien les lieux : il y est allé à plusieurs reprises sur ce lieu alors qu'il était député.

Le "prélude à une escalade dans la région"

Pour le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, ce choix est perçu comme une provocation. L'intention du ministre de se rendre sur l'esplanade est le "prélude à une escalade dans la région", avait prévenu le groupe. "Notre peuple palestinien continuera de défendre ses lieux saints et la mosquée Al-Aqsa", a promis mardi un porte-parole du mouvement islamiste palestinien, Hazem Qassem, qualifiant la visite de "crime".

Préserver le statu quo historique sur les lieux saints
Ministère des Affaires étrangères

De son côté, "la France réitère sa préoccupation" à la suite de cet événement, a indiqué mercredi le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. "Elle rappelle la nécessité de préserver le statu quo historique sur les lieux saints à Jérusalem et souligne l'importance du rôle spécifique de la Jordanie à cet égard", souligne le texte. "Elle condamnera toute tentative de le remettre en question et prend note de l'engagement du Premier ministre Benyamin Netanyahou à le faire respecter", ajoute le Quai d'Orsay. "La France souligne également l'urgence d'un arrêt de la politique de colonisation, qui met en danger la mise en œuvre d'une solution à deux États, vivant côte à côte en paix et en sécurité et ayant chacun Jérusalem pour capitale", conclut-il. 

Avocat de formation vivant dans une colonie parmi les plus radicales de Cisjordanie occupée, Itamar Ben Gvir est devenu ministre en décembre 2022 dans le gouvernement mené par le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le plus à droite de l'histoire du pays. Il défend l'annexion par Israël de la Cisjordanie, où vivent 2,9 millions de Palestiniens et 475.000 Israéliens, dans des colonies jugées illégales par le droit international. Il prône également le transfert d'une partie de la population arabe d'Israël, jugée déloyale, vers les pays voisins, et se rend souvent là où les tensions sont les plus fortes, mettant, selon ses détracteurs, le feu aux poudres.

Troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme sous le nom de "Mont du Temple", l'esplanade est située dans la Vieille ville de Jérusalem, dans le secteur palestinien occupé et annexé par Israël. En vertu d'un statu quo historique, les non-musulmans peuvent s'y rendre à des heures précises, mais ne peuvent pas y prier. Or, ces dernières années, un nombre croissant de juifs, souvent nationalistes, y prient subrepticement, un geste dénoncé comme une "provocation" par les Palestiniens.


TG avec AFP

Tout
TF1 Info