Italie : avec Giorgia Meloni, l'extrême droite prend le pouvoir

"Réussir ensemble, avec dialogue et ambition" : Emmanuel Macron a rencontré Giorgia Meloni à Rome

Publié le 23 octobre 2022 à 20h04
JT Perso

Source : JT 13h WE

Emmanuel Macron a rencontré la nouvelle Première ministre italienne Giorgia Meloni dimanche soir à Rome, a annoncé l'Elysée.
"Réussir ensemble, avec dialogue et ambition, nous le devons à notre jeunesse et à nos peuples", a commenté le président français sur Twitter après son rendez-vous.

Emmanuel Macron est devenu le premier dirigeant étranger à rencontrer Giorgia Meloni. Le chef de l'Etat a rencontré la nouvelle Première ministre italienne, dimanche soir à Rome, a annoncé l'Elysée. Un rendez-vous quelques heures après l'entrée en fonctions du gouvernement le plus à droite d'Italie depuis 1946.

"En Européens, en pays voisins, en peuples amis, avec l’Italie nous devrons poursuivre tout le travail engagé. Réussir ensemble, avec dialogue et ambition, nous le devons à notre jeunesse et à nos peuples. Notre première rencontre à Rome, Giorgia Meloni, va dans ce sens", a écrit sur Twitter Emmanuel Macron dans la soirée. Une photo des deux dirigeants accompagne le message.

Cette rencontre a eu lieu dans le centre de la capitale italienne et non dans un palais officiel, a indiqué une source française. Jusqu'au bout, Paris s'était montré très prudent sur la possibilité et même l'opportunité d'un tel tête-à-tête, le motif officiel de la venue d'Emmanuel Macron à Rome étant un discours sur la paix prononcé dimanche lors d'un forum international et une audience avec le pape François prévue lundi matin. Mais le contexte politique italien, avec l'arrivée au pouvoir de la cheffe du parti post-fasciste Fratelli d'Italia à la tête d'une coalition dominée par l'extrême droite, l'a emporté sur ces considérations.

Des relations tendues entre les deux pays ?

Les relations franco-italiennes, au beau fixe tant que Mario Draghi dirigeait la Péninsule, risquent de traverser une zone de turbulences avec l'eurosceptique et souverainiste Meloni. Un avant-goût de ces tensions a eu lieu avant même sa nomination, lorsque la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes, Laurence Boone, a prévenu début octobre que la France serait "très vigilante sur le respect des valeurs et des règles de l'Etat de droit" en Italie.

Lire aussi

"Menace inacceptable d'ingérence", s'était aussitôt insurgée celle qui est depuis devenue la première femme Première ministre dans son pays. Emmanuel Macron a tenté de calmer le jeu vendredi en assurant être "tout à fait prêt à travailler avec elle".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info