Italie : avec Giorgia Meloni, l'extrême droite prend le pouvoir

Giorgia Meloni nie toute "proximité" avec le fascisme et ancre l'Italie dans l'UE et l'Otan

S.M avec AFP
Publié le 25 octobre 2022 à 14h42
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Giorgia Meloni a tenu un discours de politique générale rassurant pour Bruxelles et les partenaires de Rome.
Un mois après la victoire de son parti d'extrême-droite, la nouvelle Première ministre italienne a nié toute "proximité" avec le fascisme.
Elle a assuré en outre que l'Italie respecterait les règles européennes.

Un mois jour pour jour après la victoire historique de son parti d'extrême droite Fratelli d'Italia, Giorgia Meloni a voulu rassurer Bruxelles et les partenaires de Rome. Ce mardi, lors de son discours de politique générale devant les députés, la nouvelle Première ministre italienne a fermement ancré l'Italie au cœur de l'UE et de l'Otan, niant toute "proximité" avec le fascisme. 

L'Italie fait "pleinement partie de l'Europe et du monde occidental", a-t-elle affirmé avec force. "Je n'ai jamais eu de sympathie ou de proximité vis-à-vis des régimes antidémocratiques. Pour aucun régime, fascisme compris", a aussi tenu à souligner celle qui fut dans sa jeunesse une admiratrice de Mussolini. La première femme cheffe de gouvernement de l'Histoire de l'Italie a aussi promis que le pays resterait "un partenaire fiable de l'Otan en soutien à l'Ukraine qui s'oppose à l'agression de la Russie".

"L'Italie va respecter les règles" européennes

Un discours rassurant, alors que Giorgia Meloni compte dans sa coalition des partenaires prorusses, notamment le chef de Ligue Matteo Salvini et le leader de Forza Italia Silvio Berlusconi, ami personnel de Vladimir Poutine. "Céder au chantage de Poutine sur l'énergie ne résoudrait pas le problème, cela l'aggraverait ouvrant la voie à de nouvelles prétentions et chantages et de futures augmentations (du prix) de l'énergie encore plus importantes que celles que nous avons connues ces derniers mois", a estimé la présidente du conseil d’extrême droite.

Lire aussi

En ce qui concerne l'Union européenne, elle a expliqué que l'approche italienne n'était pas de "freiner et saboter l'intégration européenne" mais de faire mieux fonctionner la machine communautaire. "L'Italie va respecter les règles" européennes, a également assuré Giorgia Meloni, même si Rome veut aussi "contribuer à changer celles qui ne fonctionnent pas". L'UE est "une maison commune pour affronter les défis que les États membres peuvent difficilement affronter seuls", a-t-elle ajouté, jugeant que l'UE n'a pas fait assez dans ce domaine dans le passé.

Le discours de la présidente du conseil, qui a pris ses fonctions dimanche, sera suivi d'un vote de confiance, mardi soir à la Chambre des députés et mercredi au Sénat. La successeuse de Mario Draghi, auquel elle a d'ailleurs rendu hommage, est assurée de remporter la confiance puisque sa coalition dispose de la majorité absolue dans les deux chambres.


S.M avec AFP

Tout
TF1 Info