Vacances d'été : l'ombre du coronavirus

Italie : comment marchent les trains "Covid free" ?

M.D.
Publié le 17 mai 2021 à 9h49
JT Perso

Source : TF1 Info

VOYAGE - Les chemins de fer italiens expérimentent depuis début avril des trains dits "Covid free" entre Rome et Milan. À bord, un protocole sanitaire strict est mis en place. Une équipe de TF1 les a testés pour vous.

Avec en ligne de mire l'ouverture officielle de la saison touristique, les chemins de fer italiens déploient progressivement des liaisons à grande vitesse dits "Covid free", comprendre sans Covid. Une première en Europe qui vise à relancer les voyages après un an de pandémie. Pour l’heure, seule la liaison Rome-Milan est concernée par ce dispositif, une première en Europe selon la compagnie. Une équipe de TF1 s'est rendue à la gare de Rome-Terminiro pour découvrir à quoi ressemblent ces fameux trains.

Un dispositif pour les destinations touristiques

À l’entrée du quai, chaque passager doit présenter un test PCR de moins de 48 heures. Ceux qui n’en ont pas sont invités à se rendre à l’entrée de la gare où un barnum installé par la Croix-Rouge leur permet d’effectuer un test antigénique avec un résultat en un quart d'heure. Tout est gratuit et la prise en charge se fait en seulement quelques minutes. Sans ce sésame, impossible de monter à bord du train. 

"Si quelqu’un est positif au covid, il est alors prié de rentrer chez lui avec sa propre voiture ou à pied afin de s’isoler. S’il n’a pas de moyen de locomotion, on appelle une ambulance", explique une infirmière de la Croix-Rouge. Avant chaque départ, tout le personnel de bord doit également effectuer un test. Ensuite, une fois dans le train, chaque voyageur se voit remettre un kit comprenant masque et gel hydroalcoolique. 

Des mesures qui rassurent les voyageurs, mais qui ont aussi un coût pour la compagnie, et ce, alors que le secteur ferroviaire a déjà accumulé de grosses pertes depuis le début de la pandémie.

Lire aussi

Après Rome-Milan, d’autres liaisons ferroviaires devraient bientôt bénéficier de ce service, en particulier celles pour rejoindre les destinations touristiques, comme Venise, Florence ou encore Naples. L’Italie espère ainsi attirer en nombre les vacanciers cet été. Avant la pandémie, le secteur du tourisme représentait 14% du PIB italien, mais la pandémie a eu un effet dévastateur sur ce secteur vital pour la troisième économie de la zone euro, contraignant hôtels et restaurants à rester fermés durant des mois. Les nuitées de touristes étrangers ont ainsi chuté de 70% de janvier à septembre 2020 par rapport à la même période en 2019.


M.D.

Tout
TF1 Info