Le pape François a présenté ce mardi ses excuses après l'utilisation d'un terme considéré en italien comme vulgaire et insultant envers les homosexuels.
Ce mot avait été prononcé par le souverain pontife de 87 ans le 20 mai au cours d'une rencontre à huis clos avec 250 évêques italiens.

Un mea culpa rare du souverain pontife. Le pape François a présenté ses excuses après l'utilisation, la semaine dernière, du terme "frociaggine". Ce dernier est considéré en italien comme vulgaire et insultant envers les gays. "Le pape n'a jamais eu l'intention d'offenser ou de s'exprimer avec des propos homophobes et adresse ses excuses à ceux qui se sont sentis offensés par l'utilisation d'un mot", ont précisé ses services ce mardi.

"La gaffe était évidente"

Le mot a été prononcé par le souverain pontife de 87 ans le 20 mai au cours d'une rencontre à huis clos. S'exprimant au cours de l'assemblée de la Conférence épiscopale italienne (CEI), le pape a invité les évêques à ne pas accueillir dans les séminaires religieux les personnes ouvertement gays, estimant qu'il y avait déjà trop de "frociaggine".

 Ce mot appartenant au dialecte de Rome, "frociaggine", est difficile à traduire. C'est néanmoins un dérivé de "frocio", une insulte signifiant "pédé" en romain, et qui désigne de manière péjorative un environnement conditionné par les "pédés". Ces propos ont été rapportés lundi par plusieurs journaux italiens, notamment le quotidien de référence Il Corriere della Sera.

"Selon les évêques contactés" par le Corriere della Sera, "il est évident que le souverain pontife n'était pas conscient de combien ses propos étaient insultants en italien", a écrit le principal quotidien italien sur son site internet. "Plus que de l'embarras, ses propos ont été accueillis par quelques rires incrédules car la gaffe" du pape, dont l'italien n'est pas la langue maternelle, "était évidente", toujours selon ce journal.

Le communiqué du Saint-Siège ne confirme pas que le pape argentin a bien utilisé ce terme mais se borne à faire référence aux articles de presse le citant. Le Vatican prend soin par ailleurs de rappeler que Jorge Bergoglio a assuré à de nombreuses reprises que, "dans l'Église, il y a de la place pour tous, pour tous ! Personne n'est inutile, personne n'est superflu, il y a de la place pour tous".


T.G.

Tout
TF1 Info