"Notre riposte a commencé" : les États-Unis frappent l'Irak et la Syrie après la mort de trois soldats en Jordanie

par A. LG avec AFP
Publié le 3 février 2024 à 9h24, mis à jour le 3 février 2024 à 11h08

Source : TF1 Info

Des frappes aériennes américaines ont visé dans la nuit de vendredi à samedi des positions de groupes armés pro-Iran dans l'Ouest de l'Irak.
Washington s'était engagé à mener ces frappes de représailles après l'attaque de drone qui a tué trois soldats fin janvier sur une base en plein désert jordanien.

Les États-Unis ont dit vendredi avoir mené avec "succès" des frappes de représailles visant des forces d'élite iraniennes et des groupes pro-iraniens en Irak et en Syrie, Joe Biden avertissant qu'elles allaient "continuer". Des nouvelles frappes aériennes ont de visé dans la nuit de vendredi à samedi des positions de groupes armés pro-Iran dans l'Ouest de l'Irak, notamment dans le secteur d'Al-Qaïm à la frontière avec la Syrie voisine, ont indiqué à l'AFP deux sources sécuritaires irakiennes.

L'Iran a "condamné avec force" samedi les frappes menées dans la nuit par les Etats-Unis, en dénonçant "une violation de la souveraineté de la Syrie et de l'Irak", selon le porte-parole de la diplomatie. "L'attaque de la nuit dernière est une action aventureuse et une autre erreur stratégique de la part des Américains, qui n'aura d'autre résultat que d'intensifier les tensions et l'instabilité dans la région", a réagi Nasser Kanani dans un communiqué, sans indiquer si des Iraniens avaient été tués dans ces frappes. Les représailles américaines contribuent à "attiser le conflit au Moyen-Orient de manière extrêmement dangereuse", a de son côté réagi dans un communiqué le ministère syrien des Affaires étrangères. 

Plus de 85 sites visés

Le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom) a confirmé avoir mené "des frappes aériennes en Irak et en Syrie", assurant avoir visé des groupes pro-Iran et des effectifs de la force Quds, la branche des opérations étrangères des Gardiens de la révolution iraniens. Dans son communiqué, le Centcom assure que les frappes aériennes ont visé plus de 85 sites, dont des centres de commandement et de renseignement, ainsi que des infrastructures de stockage de drones et de missiles.

Un responsable au ministère de l'Intérieur s'exprimant sous le couvert de l'anonymat a fait état de "huit civils blessés" parmi la population dans le secteur d'Al-Qaïm. Une seconde frappe, dans la région d'Al-Akachat, plus au sud et toujours près de la frontière, a visé un centre de commandement des opérations du Hachd al-Chaabi, coalition d'anciens paramilitaires rassemblant ces factions pro-Iran, d'après ce responsable. 

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), au moins 18 combattants pro-iraniens ont été tués dans l'est de la Syrie. 

Washington s'était engagé à mener ces frappes de représailles après l'attaque de drone qui a tué trois soldats fin janvier sur une base en plein désert jordanien près de la frontière avec la Syrie. Depuis la mi-octobre, plus de 165 frappes de drones et tirs de roquettes ont visé les soldats américains déployés avec une coalition internationale antijihadiste en Irak et en Syrie. La Maison Blanche a assuré que les Etats-Unis avaient "prévenu le gouvernement irakien avant les frappes". "Notre riposte a commencé aujourd'hui. Elle continuera selon le calendrier et aux endroits que nous déciderons", a par ailleurs indiqué Joe Biden.


A. LG avec AFP

Tout
TF1 Info