La fiancée du journaliste assassiné en 2018, Jamal Khashoggi, s'est exprimée sur Twitter.
Selon elle, Joe Biden a "le sang" de la prochaine victime du prince héritier sur les mains.
Elle s'est insurgée après la rencontre du président américain avec Mohammed ben Salmane.

Le président américain Joe Biden a rencontré, ce vendredi 15 juillet, le roi Salmane et Mohammed ben Salmane, le puissant prince héritier d'Arabie Saoudite. À la suite de cette rencontre diplomatique, Hatice Cengiz, la fiancée du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné en 2018 au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul, s'est exprimée sur Twitter. 

Selon elle, Joe Biden a "le sang" de la prochaine victime du prince héritier sur les mains. En effet, le prince héritier est soupçonné d'avoir commandité l'assassinat du journaliste.

Après cette affaire, les Etats-Unis avaient qualifié l'Arabie Saoudite d'État "paria". Mais aujourd'hui, le ton a bien changé depuis le début de la guerre en Ukraine, le 22 février 2022. Sur fond de crise énergétique, l'heure est à la normalisation des relations diplomatiques entre Washington et la puissance pétrolière du golf. L'objectif de Joe Biden était de tourner la page de la brouille entre les deux pays afin que l'Arabie Saoudite accepte d'exporter davantage d'or noir, ce qui ferait mécaniquement baisser les prix.

Imaginant ce que son compagnon aurait tweeté, Hatice Cengiz a écrit en s'adressant à Biden : "Est-ce là votre façon de faire rendre des comptes aux responsables de mon meurtre ? Le sang de la prochaine victime de MBS (surnom de Mohammed ben Salmane, NDLR) est sur vos mains". De leurs côtés, les autorités saoudiennes ont toujours nié la responsabilité directe de MBS dans ce meurtre.

La visite de Joe Biden a été particulièrement critiquée par les défenseurs des droits humains, la puissante monarchie du Golfe étant accusée de graves violations, avec une répression féroce des opposants. 

Interrogé sur ce sujet par des journalistes à Jeddah, le président américain a prévenu Ryad d'une réponse en cas de nouvelle attaque contre des opposants "J'ai juste fait comprendre que si une telle chose se reproduit, ils auront cette réponse et bien plus encore", a-t-il déclaré, disant avoir évoqué cette affaire avec le prince héritier Mohammed ben Salmane, accusé par Washington d'avoir commandité l'assassinat de Jamal Khashoggi.


Léa Prati avec AFP

Tout
TF1 Info