"Il est plus que temps" : Joe Biden va nommer une femme noire à la Cour suprême

L.A. avec AFP
Publié le 28 janvier 2022 à 6h26
Joe Biden lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 24 janvier 2022.

Joe Biden lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 24 janvier 2022.

Source : ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Le président des Etats-Unis a confirmé sa volonté de nommer prochainement une femme noire à la Cour suprême.
Elle remplacera le juge démissionnaire Stephen Breyer.
Cette décision est inédite dans l'Histoire.

Elle sera la première femme noire de l'Histoire des Etats-Unis à siéger à la Cour suprême. "Il est plus que temps" a déclaré Joe Biden ce jeudi. "La personne que je nommerai aura des qualifications, une personnalité, une expérience et une intégrité extraordinaires. Et cette personne sera la première femme noire nommée à la Cour suprême", a continué le président américain sur ce sujet, l'une de ses promesses de campagne.

Sur neuf juges, un seul Afro-Américain

Thurgood Marshall est le premier magistrat noir nommé à la puissance institution en 1967. Aujourd'hui, sur les neufs juges que comptent la Cour suprême, un seul est Afro-Américain, le très conservateur Clarence Thomas. 

Le président a ajouté n'avoir pas encore arrêté son choix, et souhaite se prononcer avant la fin du mois de février. La procédure doit être bouclée avant les élections législatives à haut risque de l'automne, qui pourraient bien coûter au parti le contrôle du Sénat. Les démocrates n'y disposent que d'une très mince majorité : 50 voix plus celle de la vice-président Kamala Harris, contre 50 aux républicains. Or c'est à la chambre haute du Congrès américain que revient la décision finale sur les nominations à la Cour suprême. 

L'institution compte aujourd'hui 6 magistrats conservateurs - dont la moitié mis en place par l'ancien président Donald Trump - et 3 progressistes, tous nommés à vie. A défaut de renverser cet actuel rapport de force, la nomination par Joe Biden d'un juge plus jeune pourrait en revanche le figer pour quelques années.

Prête à revenir sur le droit à l'avortement

Ces dernières nominations ont conduit l'institution a prendre un virage nettement conservateur, qui semble prête désormais à revenir sur le droit à l'avortement, à élargir le droit au port d'armes ou à démanteler certaines régulations environnementales. La Cour suprême est l'organe majeur du pouvoir judiciaire américain, et sa jurisprudence arbitre beaucoup des grands débats de société du pays. 

Plusieurs candidats se détachent déjà pour remplacer Stephen Breyer : Ketanji Brown Jackson, 51 ans, qui siège à la cour fédérale d'appel de Washington, Leondra Kruger, juge à la Cour suprême de Californie, 45 ans, et Michelle Childs, 55 ans, juge fédérale en Caroline du Sud.

Redorer son blason auprès de l'électorat afro-américain

Tenir cette promesse de campagne permettrait à Joe Biden de retrouver un peu de crédit auprès de son électorat afro-américain, dont le soutien pendant la campagne présidentielle et dans les urnes a été décisif. Certains activistes regrettent le manque d'actions présidentielles face aux promesses de la campagne, notamment sur le terrain des droits civiques et des violences policières. 

En Géorgie par exemple, où les Afro-Américains s'étaient fortement mobilisés pour Joe Biden, 36% des électeurs noirs sont désormais critiques de la présidence, contre seulement 8% en mai dernier, selon un sondage du Atlanta-Journal Constitution.


L.A. avec AFP

Tout
TF1 Info