Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff tué en Ukraine

Journaliste français tué en Ukraine : la dépouille de Frédéric Leclerc-Imhoff rapatriée mercredi

La rédaction TF1 info
Publié le 5 juin 2022 à 21h37
JT Perso

Source : Les MATINS LCI

La dépouille du journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff sera rapatriée mercredi en France.
Le reporter a été tué lundi dans l'est de l'Ukraine par un éclat lors d'un bombardement.
Un hommage sera rendu vendredi à Paris à Frédéric Leclerc-Imhoff, à l'appel de Reporters sans frontières (RSF) notamment.

C'est un moment douloureux. La dépouille du journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff, tué lundi dans l'est de l'Ukraine par un éclat lors d'un bombardement, sera rapatriée mercredi en France, a annoncé BFMTV dimanche soir lors d'une émission lui rendant hommage. "Frédéric rentre mercredi. Un hommage lui sera rendu vendredi, ça sera place de la République à 18H30" à Paris, a annoncé la chaîne lors de l'émission, recevant ses collègues de mission en Ukraine, Maxime Brandstaetter et Oksana Leuta, qui étaient à ses côtés quand il a été tué. 

Tous deux sont arrivés en France vendredi soir. Au cours de cette émission spéciale, ils sont revenus, avec émotion, sur les circonstances dans lesquelles le journaliste a trouvé la mort, en suivant une mission humanitaire.

Hommage vendredi

"Comme d'habitude, les autorités nous avaient prévenus (que la route) était dangereuse et qu'ils ne pouvaient pas y assurer notre sécurité, mais si vous voulez, c'est partout pareil dans le Donbass. Avec Frédéric, on avait l'habitude de constamment se concerter, de débattre de tout. Alors oui, ce jour-là, on hésite, mais on se dit que c'est là-bas que ça se passe, et que c'est notre métier d'y aller", a raconté Maxime Brandstaetter.

Un hommage sera rendu vendredi à Paris à Frédéric Leclerc-Imhoff, à l'appel de Reporters sans frontières (RSF) notamment. Sa famille, ses amis et ses collègues seront présents. "Soyons nombreux à lui rendre hommage, place de la République à Paris, vendredi 10 juin à 18H30", indique RSF sur Twitter.

La cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, a dit dans un tweet que le reporter, âgé de 32 ans, avait été "tué par un bombardement russe". Le parquet national antiterroriste (Pnat) français a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête pour crimes de guerre après la mort du reporter. 


La rédaction TF1 info

Tout
TF1 Info