Verif'

L'ONU a-t-elle "omis" de dénoncer les viols des Israéliennes commis lors des attaques du 7 octobre ?

Publié le 5 décembre 2023 à 18h42, mis à jour le 6 décembre 2023 à 10h53

Source : JT 20h Semaine

L'ONU Femmes est accusée de ne pas avoir condamné les viols et crimes sexuels commis par le Hamas le 7 octobre.
En cause, un tweet de l'agence des Nations unies.
Il s'agit d'une vieille publication qui n'est pas à l'image des récentes communications de cette agence.

Après les associations féministes, c'est l'agence onusienne elle-même qui est pointée du doigt. L'ONU Femmes, dont l'objectif est de "promouvoir la parité et l'autonomisation des femmes partout dans le monde", est accusée ce dimanche 3 décembre d'avoir oublié de condamner les viols, féminicides et violences sexuelles commises par les terroristes du Hamas sur les femmes israéliennes lors de l'assaut du 7 octobre. En cause, un tweet en anglais dans lequel le mot "non" apparaît en 39 langues... mais pas en hébreu.

L'écrivain Raphaël Enthoven insinue le 4 décembre 2023 que l'agence onusienne pour les droits des femmes a omis de parler du viol des Israéliennes lors de l'attaque du Hamas
L'écrivain Raphaël Enthoven insinue le 4 décembre 2023 que l'agence onusienne pour les droits des femmes a omis de parler du viol des Israéliennes lors de l'attaque du Hamas - Capture d'écran

"Pour l'ONU Femmes, non signifie non dans toutes les langues, à l'exception de l'hébreu", s'étonne ainsi le compte officiel de l'ONG "UN Watch". "L'agence incluait 39 langues, et pourtant, avec 35 caractères restants dans le tweet, elle a choisi de ne pas ajouter לא", l'équivalent de "non" en hébreu, poursuit le texte de cette organisation fondée en 1993 pour veiller sur le respect par l'ONU de sa propre charte. "Une omission qui ne peut être que délibérée", relève le philosophe français Raphaël Enthoven ce lundi. Ce qui fait dire à l'ONG que pour l'ONU, "la vie des Israéliennes n'a pas d'importance". Une accusation reprise par plusieurs comptes très influents, dont celui de l'ambassade d'Israël en Russie.

Un tweet qui remonte à 2019

Alors comment expliquer cette "omission" ? Le tweet en question a bien été publié par le compte officiel d'ONU Femmes. Il écrit effectivement le mot "non" en 39 langues accompagnée du commentaire "dans toutes les langues, non veut dire non". Toutefois, la publication n'est absolument pas récente. Le tweet en question, toujours en ligne, remonte en réalité au 27 novembre 2019. Il a été publié à l'occasion de la campagne "Orangez le monde", dont l'objectif était de sensibiliser le public aux sujets des violences basées sur le genre. 

D'ailleurs, si "non" n'apparaît pas en hébreu, il n'est pas non plus rédigé en arabe, qui est pourtant la cinquième langue la plus parlée dans le monde, ou en arménien, alors que des dizaines d'exactions ont été commises sur des femmes et des enfants au cours du conflit dans le Haut-Karabakh. Le post en question de l'agence onusienne n'est donc pas récent, et l'hébreu n'est pas la seule langue qui n'apparaît pas dans la publication. 

Et quid de cette accusation selon laquelle l'entité chargée de l'égalité des sexes pour les Nations Unies n'aurait pas pris la parole sur le sort des Israéliennes ? Début octobre, le premier message de l'agence à ce sujet condamnait l'ensemble des attaques "contre les civils en Israël et dans les territoires palestiniens occupés", se disant "profondément alarmée par l'impact dévastateur sur les civils, y compris les femmes et les jeunes filles"

Toutefois, dès le 25 novembre, date qui coïncide avec les premières révélations sur les exactions commises sur les Israéliennes publiées dans la presse, l'ONU Femmes communique plus précisément à ce sujet. L'agence affirme avoir "rencontré des organisations de femmes israéliennes et échangé autour du travail de la Commission civile pour les crimes contre les femmes et les enfants" commis lors de l'assaut du 7 octobre. "Nous restons alarmés par les informations sur des persécutions liées au genre et les violences sexuelles du 7 octobre et appelons à une enquête rigoureuse, donnant la priorité aux droits, aux besoins et à la sécurité des personnes concernées", ajoute l'agence

Selon nos recherches, la dernière publication de l'agence onusienne à ce sujet remonte au 2 décembre. Soit, la veille de la publication de l'ONG UN Watch. Dans un communiqué également publié sur ses réseaux sociaux, ONU Femmes avait tenu à "réitérer son message". À savoir que "les responsables de tous les actes de violences liées au genre commis le 7 octobre et après cette date rendent des comptes". Et plus largement que les femmes, "les Israéliennes, les Palestiniennes, comme toutes les autres" aient droit "à une vie vécue en sécurité et sans violence".

Reste que lundi, devant le siège de l'ONU à New York,  150 femmes ont manifesté pour dénoncer le silence d'organisations féministes internationales face aux crimes du Hamas contre des Israéliennes. En chantant "honte aux Nations unies" et en brandissant des banderoles "un viol est un viol", des New-Yorkaises ont fustigé l'organisation internationale pour son inaction supposée contre les meurtres, viols et enlèvements d'Israéliennes par les assaillants du Hamas.

Interrogée au sujet de ces critiques, l'agence onusienne condamne "sans équivoque" les attaques du Hamas contre Israël, précisant qu'elle "suit de près les informations au sujet des persécutions brutales et des violences commises contre les femmes en Israël depuis qu'elles ont été révélées". Auprès de TF1info, l'ONU Femmes reconnait que "les procédures des Nations Unies peuvent sembler lentes". Avant de rappeler que, dés le début du conflit, elle a offert son soutien concret "à la commission d'enquête des Nations unies qui s'occupe de ces questions". Une approche qui peut paraître laborieuse, mais qui est "la pratique courante dans le traitement de la plupart des conflits passés", plaide l'agence.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur X : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info