Corée du Nord : le régime de Kim Jong-Un a-t-il relancé un réacteur nucléaire ?

AL
Publié le 30 août 2021 à 9h39
Kim Jong-un est à la tête de la Corée du Nord depuis 2011

Kim Jong-un est à la tête de la Corée du Nord depuis 2011

Source : AFP

SIGNAUX TROUBLANTS - L'Agence internationale de l'énergie atomique, l'organisme de surveillance atomique des Nations unies, s'est inquiétée dans son rapport annuel de signes d'activité du réacteur de Yongbyon, qui aurait produit dans le passé du plutonium pour des armes nucléaires.

Si l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) n'a plus accès à la Corée du Nord depuis 2009, l'organisme de surveillance veille toujours sur l'activité atomique de Pyongyang. Et dans son rapport annuel rendu vendredi à l'ONU, l'agence se montre inquiète. 

Selon l'AIEA, la Corée du Nord aurait redémarré le réacteur nucléaire de 5 mégawatts de Yongbyon, qui aurait produit du plutonium pour des armes nucléaires. C'est en tout cas ce que semble indiquer l'étude d'images satellites par l'agence.

Des signes compatibles avec le fonctionnement d'un réacteur

"Il n'y avait aucune indication de fonctionnement du réacteur du début décembre 2018 au début de juillet 2021", détaille le rapport au sujet de ce réacteur. "Cependant, depuis le début de juillet 2021, il y a des signes, y compris le déversement d'eau de refroidissement, compatibles avec le fonctionnement du réacteur."

Ces indications pourraient être la preuve d'un travail à Yongbyon de traitement pour séparer le plutonium du combustible nucléaire usé, une procédure susceptible d'être appliquée dans la fabrication des armes nucléaires. Le rapport de vendredi indique que la durée de ce travail apparent - cinq mois, de mi-février à début juillet - suggère qu'un lot complet de combustible usé a été traité. A contrario, le simple traitement de déchets ou les opérations de maintenance requièrent un temps beaucoup plus court. 

"Pendant un certain temps" pourtant, des indications montraient que l'usine à Yongbyon, soupçonnée d'enrichissement d'uranium, n'était pas en service. Cependant, l'agence avait aussi remarqué des signes d'activités d'extraction et de concentration dans une mine et une usine d'uranium à Pyongsan, dans le nord du pays.

Lire aussi

"Les nouvelles indications concernant l'exploitation du réacteur 5MW(e) et du laboratoire radiochimique (de retraitement) sont profondément troublantes", a alerté l'Agence. Le rapport rendu à l'ONU doit précéder une réunion avec les différents États membres. 

Depuis 2009 et le renvoi des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique de Corée du Nord, ce pays a poursuivi son programme d'armement nucléaire et a rapidement repris ses essais nucléaires. Son dernier essai nucléaire remonte à 2017.


AL

Tout
TF1 Info