La belle histoire du jour - Après une mastectomie, elle devient l’égérie d’une marque de lingerie

Publié le 31 juillet 2015 à 16h58
La belle histoire du jour - Après une mastectomie, elle devient l’égérie d’une marque de lingerie

REVANCHE - Wendy Aitken, 45 ans, a eu un cancer du sein fin 2012. En phase trois, elle a été contrainte de subir une mastectomie du sein droit. Pourtant, elle a souhaité garder sa féminité et s’est vu proposer un contrat d'égérie pour une marque de lingerie.

Elle ne pensait pas être appelée pour cela. Wendy Aitken une Américaine de 45 ans originaire du Kentucky, pose aujourd’hui fièrement en lingerie. Pourtant, rien ne l’y prédisposait. En octobre 2012, cette mère de trois enfants sent une boule dans son sein alors qu’elle se rhabille. Après le décès de sa mère victime d’un cancer du col de l’utérus, elle préfère ne pas traîner et se rend chez le médecin pour se faire dépister. Malheureusement "une chose de la forme d’une soucoupe volante est découverte dans mon sein droit", explique-t-elle au site BT.

Après une mammographie et une biopsie, le verdict tombe : c’est un cancer du sein en phase trois qui a également touché les ganglions lymphatiques jusque sous l’aisselle droite. Obligée de subir une ablation du sein après une longue cure de chimiothérapie et radiothérapie et définitivement sortie d’affaires, elle constate que les soutiens-gorge postopératoires ne sont pas assez féminins à son goût. "Après ma mastectomie, je me suis sentie encore plus forte et j’avais besoin de ressentir ma féminité", raconte Wendy Aitken. Pourtant, elle préfère se cacher derrière des chemisiers boutonnés jusqu’au cou et comblé son bonnet B d’antan par une prothèse, déçue par la lingerie peu flatteuse vers laquelle elle doit désormais se diriger.

"Devenir égérie, j'en étais pétrifiée"

"Quand j’ai vu que la marque Debenhams organisait une réunion pour avoir des retours de femmes ayant survécu à un cancer du sein afin de créer une ligne de lingerie pour elles, j’ai sauté sur l’occasion", se souvient cette mère de famille. En novembre dernier, elle se rend donc à cette réunion afin de faire entendre son souhait d’avoir une lingerie plus féminine et belle à porter. "J’étais gênée de poser ma main sur ma poitrine et de sentir une surface plate. Seule une belle lingerie pouvait me réconforter, mais il n’y en a pas", confie-t-elle aux responsables de la marque.

Rapidement, Debenhams propose aux femmes une sélection d’articles à essayer pour avoir leur retour. "En janvier j’ai reçu un appel. Ils me proposaient d’être le visage et le corps de cette collection. Devenir égérie, j’en étais pétrifiée d’autant plus que j’avais un travail à côté. Mais j’ai accepté, pour aider toutes les femmes dans mon cas", raconte Wendy Aitken. Lors de la séance photos, "le styliste et la maquilleuse ont su me mettre à l’aise. Pour moi, il est important qu’une femme se sente bien dans sa peau après être passée par une si lourde épreuve. C’est donc pour leur donner un message que je me suis laissée tenter par l’expérience et que je fais ça aujourd'hui", a-t-elle conclu.

LA BELLE HISTOIRE D'HIER >>  (VIDÉO) Atteint de paralysie cérébrale à 8 ans, il accomplit son triathlon

A LIRE AUSSI >> Toutes nos belles histoires du jour
 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info