La capacité de l'Iran à produire des armes nucléaires inquiète de plus en plus l'Agence internationale de l'énergie atomique

par C.Q avec AFP
Publié le 26 février 2024 à 19h20
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : JT 13h Semaine

L'Iran aurait fortement augmenté son stock d'uranium enrichi, selon un rapport de l'AIEA consulté par l'AFP.
Ils seraient 27 fois plus hauts que la limite de l'accord conclu en 2015, visant à encadrer les activités iraniennes.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) surveille avec inquiétude le dossier du nucléaire iranien. Selon un rapport confidentiel de l'organisme, que l'AFP a pu consulter, les stocks d'uranium enrichi constitués par Téhéran seraient 27 fois au-delà de la limite fixée par l'accord de Vienne. Conclu en 2015, celui-ci vise à encadrer les activités nucléaires de l'Iran, et ainsi éviter que le pays ne devienne une puissance nucléaire. Une ambition qu'il continue par ailleurs à nier.

Un accord de 2015 à l'abandon

Dans le détail, ses stocks s'élevaient à 5.525,5 kg en date 10 février, contre 4.486,8 kg fin octobre, soit plus de 27 fois la limite fixée à 3,67% de matière enrichie. C'est dans ce contexte que l'AIEA fait part de son inquiétude et que son directeur général, Rafael Grossi, appelle de nouveau Téhéran à "coopérer pleinement" alors que les relations entre les deux parties n'ont cessé de se dégrader ces derniers mois. Rafael Grossi évoque également des "déclarations publiques en Iran sur les capacités techniques de production d'armes nucléaires, ce qui renforce les inquiétudes".

L'Iran s'est affranchi progressivement des engagements pris dans le cadre de l'accord de 2015, en réaction au retrait des États-Unis décidé en 2018 par l'ancien président Donald Trump. Des discussions menées à Vienne ont tenté de faire revivre cet accord en 2022, sans succès. 


C.Q avec AFP

Tout
TF1 Info