Verif'

La "crise migratoire" actuelle en Europe est-elle plus conséquente qu’en 2015 ?

Publié le 23 mars 2022 à 15h54

Source : JT 20h WE

Pour Clément Beaune, l’arrivée de réfugiés ukrainiens en Europe est "deux fois" plus massive qu’il y a sept ans.
C’est vrai : en 2015, un million de réfugiés syriens ou afghans étaient arrivés sur le continent.

Tandis que des centaines de milliers d’Ukrainiens fuient leur pays envahi par les Russes, les Européens s’organisent pour les recueillir. Invité de LCI dimanche 20 mars, Clément Beaune a comparé la situation actuelle de l’Europe à celle connue sept ans plus tôt, quand la guerre en Syrie s’intensifiait, poussant de nombreux civils sur les routes. Et selon le secrétaire d’État aux Affaires européennes, l’enjeu n’est pas le même : "Ce qui s'est passé en termes d'arrivées en moins d'un mois en Ukraine, c'est deux fois plus important que ce que l'Europe a connu en deux ans, avec la crise migratoire en 2015 et 2016". Ces deux années-là, la guerre en Syrie avait alors poussé des milliers de civils à l’exode, empruntant pour beaucoup le chemin de l’Europe. 

Pour comparer ces deux situations, il faut se pencher sur les rapports des Nations-Unies qui, avec son Haut-commissariat aux réfugiés (HCR), documentent largement les mouvements migratoires dans le monde. Au 20 mars, date de l’intervention de Clément Beaune, 3,49 millions d’Ukrainiens avaient quitté leur pays pour un territoire frontalier depuis le 24 février. Au 22 mars, on dénombre 200.000 personnes de plus, d’après le dernier bilan du HCR. Parmi ces 3,5 millions de civils ayant fui le pays en guerre, l’ONU estime qu’environ 252.000 personnes se sont réfugiées en Russie. On peut donc évaluer à 3 millions le nombre de réfugiés accueillis en Europe, se trouvant pour la grande majorité en Pologne, pays frontalier (2 millions). 

Un million de réfugiés en 2015

En 2015, alors que le conflit syrien s’est intensifié, l’Europe a dû faire face au "flux migratoire le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale", selon les mots de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Cette année-là, des milliers de Syriens ont donc cherché un accueil sur le continent, mais aussi des Afghans ou des Irakiens. Le HCR a évalué à un million le nombre d’arrivées en Europe en 2015. Rares ont été les entrées par voie terrestre, que l’on estime à seulement 3%, et la Grèce, elle, a été le principal point d’accueil de ces réfugiés avec 856.700 arrivées.

La crise migratoire qu’a connue l’Europe à cette période s’est résolue en mars 2016, lorsque l’UE et la Turquie ont signé un accord pour qu’Ankara surveille les frontières européennes et accueille les réfugiés contre une aide de 6 milliards d’euros. Comme le souligne le HCR, "une forte réduction des arrivées a été constatée au cours du dernier semestre 2016, y compris des mouvements depuis la Turquie vers la Grèce et à travers l’Europe du Sud". En 2016, on dénombrait tout de même "près de 362.480 arrivées par la mer" sur le continent, principalement en Italie (presque 181.440) et en Grèce (environ 173.450), d’après le HCR. 

Si le conflit russo-ukrainien s’est étendu à tout le pays, il remonte cependant à 2014 lorsqu'il était concentré dans le Donbass. De fait, des mouvements de populations s'opèrent depuis cette date vers l'Ouest. Comme l’indiquait l’ONU en 2017, entre 2014 et 2016, "plus de 470.000 Ukrainiens ont cherché asile dans d’autres pays, la majorité en Fédération de Russie (442 240), en Pologne (5 870) et au Bélarus (2 280), ainsi que plus loin en Allemagne (9 850), en Italie (9 130), en France (3 670) et en Suède (3 340)". En résumé, la comparaison des enjeux migratoires actuels et passés pour l’Europe, pendant le conflit syrien, est juste. Le 25 février, au lendemain de l’invasion russe, le HCR prévenait déjà qu’"une aggravation du conflit pourrait pousser jusqu’à 5 millions de personnes à fuir au-delà des frontières ukrainiennes".

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Caroline QUEVRAIN

Tout
TF1 Info