L'info passée au crible
Verif'

La France ne livre-t-elle que "2% des armes" en Ukraine ? Ce qu'en dit le ministère des Armées

Felicia Sideris
Publié le 4 octobre 2022 à 20h15
JT Perso

Source : TF1 Info

La BBC affirme ce lundi que la part française des livraisons d'armes à l'Ukraine est inférieure à 2%.
Un chiffre qui possède plusieurs limites, répond l'Armée, sollicitée par TF1info.
On vous explique pourquoi ces statistiques ne reflètent pas la réalité des livraisons.

La question est plus qu'embarrassante. Comment se fait-il que la contribution de la France à l'effort de guerre en Ukraine "soit si faible" ? C'est l'interrogation au cœur d'un article publié ce lundi 3 octobre par la BBC. Source à l'appui, le média britannique affirme que la France ne participerait qu'à hauteur de "2% aux livraisons d'armes en Ukraine". Une bien maigre contribution, que nous avons voulu vérifier. 

Un diagnostic sévère

Tout d'abord, d'où vient ce chiffre ? Il s'agit d'une analyse directement menée "sur le terrain", explique le prestigieux média britannique. En clair, l'analyste François Heisbourg, conseiller spécial à la fondation pour la Recherche stratégique, est allé "au principal centre de distribution" d'armes en Pologne afin d'évaluer le "tonnage" d'armes et munitions livrées par chaque pays. Or, sur la totalité de ces dons, la France arriverait neuvième, avec 2%. D'après son témoignage sur notre antenne, il était d'ailleurs devenu "plus rentable" pour les autorités ukrainiennes "d'obtenir davantage des pays qui sont prêts à donner que de passer son temps à faire des récriminations vis-à-vis des Français". "Nous avons été zappés", affirmait même le spécialiste renommé des questions de défense.

Un chiffre corroboré par celui du Kiel Institute, qui propose un suivi en direct des données publiques sur le "soutien à l'Ukraine". Sur les 15,8 milliards d'euros d'armes et équipements promis entre le 24 janvier et le 3 août 2022, les engagements de la France ne représentent "que" 0,23 milliard d'euros. Soit 1,46% du total. À noter que Paris fait partie des pays qui respectent leurs engagements. La totalité des armes annoncées ont été effectivement livrées, toujours d'après le Kiel Institute. Ce qui n'est pas forcément le cas du Royaume-Uni et des États-Unis, qui ont délivré respectivement 67% et un peu moins d'un quart des aides militaires promises. 

Des classements qui "ne reflètent pas toute la réalité"

Un point que le ministère des Armées ne tarde d'ailleurs pas à souligner. Auprès de TF1info, l'État-major cite trois autres raisons pour lesquelles ces classements "ne reflètent pas toute la réalité". Tout d'abord, ils prennent uniquement en compte "des éléments qui sont en source ouverte". Or, la France est particulièrement discrète à ce sujet. Et refuse systématiquement de commenter les livraisons d'armements à destination de l'Ukraine. "Paris donne plus dans la discrétion, ce qui n'est pas forcément le cas de nos amis britanniques", témoignait d'ailleurs l'ancien chef du renseignement militaire, le Général Christophe Gomart, sur notre antenne ce mardi.

Lire aussi

Ensuite, ces classements "agrègent parfois des critères qui sont très différents d'un pays à un autre". Comprendre par là qu'ils s'appuient sur les seules évaluations de chaque pays. Or, chacun peut inclure dans son "prix" des critères différents. Par exemple, certains voisins peuvent compter le coût de la formation aux armes et le coût de transport des munitions dans la facture.

Enfin, l'institut considère l'Union européenne comme une entité à part dans son classement. Elle est d'ailleurs deuxième en termes de générosité. Sauf que la part de France représente "450 millions d'euros, soit quasiment 20% du fonds européen", souligne le ministère. 

Pour conclure, il est important de souligner que ces classements tendent à compter et additionner des éléments qui ne sont pas équivalents. Les canons Caesar envoyés par Paris, "des armes très sophistiquées, très précises, dont les Ukrainiens se félicitent tous les jours", comme les décrit Christophe Gomart, ne peuvent être comparés à des munitions parfois obsolètes. 

REPORTAGE - Les secrets de fabrication du canon CaesarSource : JT 20h Semaine
JT Perso

En résumé, la France ne peut être considérée comme la grande absente des dons à l'Ukraine. Reste que ses efforts semblent bien maigres pour un pays qui souhaite porter une nouvelle "Europe de la défense". Raison pour laquelle, d'après la BBC, les "plus grands penseurs stratégiques du pays" cherchent à pousser l'Élysée "à prendre une décision urgente" à ce sujet. Auprès de TF1info, le ministère des Armées confirme qu'un "nouvel agenda d'accompagnement militaire à l'Ukraine" doit être décidé "dans les semaines à venir". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia Sideris

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info