Un parrain de la "Mocro Mafia", la mafia marocaine établie aux Pays-Bas, a été remis en liberté par un juge espagnol, contre l'avis des autorités néerlandaises.
Pourtant, le suspect devait être "placé en détention en vue de son extradition" vers les Pays-Bas, s'est insurgé un porte-parole du parquet néerlandais.
Karim Bouyakhrichan est accusé d'avoir dirigé un réseau de trafic de drogue ayant acquis au moins 172 propriétés dans le sud de l'Espagne.

"Une nouvelle inquiétante". Le ministre espagnol de la Justice, Félix Bolaños, le reconnaît lui-même : l'imbroglio judiciaire ayant permis l'arrestation d'un baron de la drogue recherché internationalement doit intervenir dans "les meilleurs délais"'. Ce suspect, Karim Bouyakhrichan, est suspecté d'avoir monté un réseau de trafic de drogue ayant acquis au moins 172 propriétés dans le sud de l'Espagne. Des activités criminelles en lien avec la "Mocro Mafia", la mafia marocaine établie aux Pays-Bas. 

Les Pays-Bas "ne savent pas" pourquoi le trafiquant n'a pas été incarcéré

Ce dernier avait pourtant été interpellé et placé en détention provisoire le 10 janvier à Marbella, station balnéaire espagnole prisée par les trafiquants de drogue internationaux. Attendant d'être jugé pour "blanchiment d'argent" dans le pays ibérique, il devait aussi être extradé vers les Pays-Bas pour être mis en examen. Mais un juge du tribunal de Malaga a décidé le 22 février de le remettre en liberté provisoire sous contrôle judiciaire, contre l'avis du parquet. Le trafiquant, sous simple contrôle judiciaire, a pu s'échapper en toute tranquillité, sans avoir eu affaire à la justice néerlandaise.

La procédure d'extradition vers les Pays-Bas avait néanmoins été entamée par la justice espagnole, puis reportée en attente de l'audience. La fuite de Karim Bouyakhrichan a suscité l'ire des autorités néerlandaises. En effet, le juge espagnol avait "décrété qu'en cas de libération" dans l'affaire de blanchiment, l'homme devait être "placé en détention en vue de son extradition dans le cadre du dossier néerlandais, a assuré un porte-parole du parquet néerlandais, Vincent Veenman. Nous ne savons pas pourquoi cela ne s’est pas produit."

Karim Bouyakhrichan est soupçonné par les enquêteurs d'avoir dirigé un vaste trafic international de stupéfiants et d'avoir blanchi près de 6 millions d'euros, grâce à des relais dans plusieurs villes d'Espagne ainsi qu'au Maroc, en République dominicaine, aux Pays-Bas et aux Émirats arabes unis. Il est le frère de Samir Bouyakhrichan, surnommé "Scarface", en raison d'une cicatrice sous l'œil droit et lui aussi membre de la "Mocro Mafia". Ce dernier a été tué en 2014 près de Marbella.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info