La présidence Donald Trump

Le conseiller économique de Trump a fait une "légère" une crise cardiaque

La rédaction de LCI
Publié le 12 juin 2018 à 2h55, mis à jour le 12 juin 2018 à 8h18

Source : JT 20h Semaine

ÉTATS-UNIS - Peu avant le début du sommet avec Kim Jong-un à Singapour, Donald Trump a, annoncé dans un tweet, que Larry Kudlow avait été hospitalisé. Ce dernier se porte bien.

Quelques minutes avant sa poignée de main historique avec Kim Jong-un ce mardi matin, Donald Trump a annoncé la crise cardiaque d'un de ses proches conseillers. "Notre Grand Larry Kudlow, qui travaillait si dur sur le commerce et l'économie, vient d'avoir une crise cardiaque. Il se trouve maintenant au centre médical Walter Reed", près de Washington, a tweeté le président américain. 

Économiste et historien de formation, il était un chroniqueur économique conservateur avant d'être au service du président américain.

Nous ne pouvons pas afficher ce tweet.


Twitter conditionne l'affichage des tweet au dépôt de traceurs “réseaux sociaux” permettant de suivre votre navigation sur nos services.

Pour afficher ce post, vous pouvez cliquer sur “paramétrer mes cookies” et accepter les traceurs liés à la finalité “réseaux sociaux”.

Sans une telle acceptation, vous ne pourrez pas accéder à ce tweet.

Pour plus d’information, visitez la politique « cookies » Twitter.

Dans un communiqué diffusé ultérieurement, la Maison Blanche a qualifié la crise cardiaque de "très légère". "Larry est actuellement en bon état au centre médical militaire Walter Reed et ses médecins s'attendent à un complet et rapide rétablissement", a ajouté la porte-parole Sarah Sanders.

Dimanche, Larry Kudlow avait défendu la décision de Donald Trump de retirer son soutien au communiqué final du G7, en critiquant vivement le Premier ministre canadien Justin Trudeau et en l'accusant d'être responsable de l'échec du sommet des sept dirigeants des économies les plus développées de la planète. Justin Trudeau "a tenu une conférence de presse et dit que les Etats-Unis étaient insultants", avait affirmé Kudlow, en jugeant que le Premier ministre canadien les avait " poignardés dans le dos".


La rédaction de LCI