Le fait divers du jour - Le médecin frôle le crime parfait en tuant sa femme avec un lifting

Le service METRONEWS
Publié le 22 octobre 2014 à 12h13
Le fait divers du jour - Le médecin frôle le crime parfait en tuant sa femme avec un lifting

ETATS-UNIS - Un médecin mormon vient d'être condamné à la perpétuité pour avoir administré des médicaments trops forts à sa femme, qui en est morte. Metronews vous raconte le plan diabolique de ce père de famille, qui, au yeux de tous, formait le couple parfait avec sa femme.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour...

Trente ans de mariage. Huit enfants. Beaucoup d'argent... Pour leur entourage, la vie de Martin et Michele MacNeill semblait idéale. L'image même d'un parcours réussi : une rencontre au lycée, alors que Michele est pom-pom girl et reine du lycée. Un mariage dans la foulée, puis une installation dans une communauté mormone de l'Utah. Quatre enfants biologiques, quatre enfants adoptés en Ukraine. Michele est professeur, Martin, lui, est à la fois médecin et avocat - rien que ça.

La petite famille parfaite en apparence, donc. Sauf que derrière ce tableau idyllique, la réalité était tout autre. Comme le rapporte mardi le Mirror , Martin a beaucoup de secrets. L'un d'entre eux s'appelle... Gypsy Willis. Il s'agit de sa maîtresse, et il en est fou. Il veut refaire sa vie avec elle mais, problème : il ne se voit pas quitter sa famille. Que diraient les gens ? Martin ne voit donc pas d'autre issue que... de tuer sa femme.

Le rôle du veuf éploré

Mars 2007 : Martin s'apprête à mettre en place son plan diabolique. Il propose à son épouse de se faire faire un lifting. D'abord réticente, Michele, 50 ans, finit par céder : Martin a pris ses distances et elle souhaite maintenir à flot leur union. Son médecin de mari lui prescrit alors des médicaments, en vue de l'opération. Le 3 avril, Michele se fait faire son lifting, comme prévu. Et rentre chez elle le lendemain.

Le 11 avril, Martin appelle la police : il vient de découvrir sa femme inanimée dans son bain. L'arrivée des secours ne la sauvera pas. Martin endosse alors le rôle du veuf éploré : il gémit, crie et pleure à n'en plus finir devant les policiers. Sa réaction, aux yeux de tous, semble un peu trop théâtrale. Mais qu'importe : l'autopsie révèle que Michele est morte des suites d'une maladie cardiovasculaire. Dans le dossier, son décès apparaît donc sous le titre "morte de cause naturelle".

Il viole sa fille

Martin est désormais libre. Mais va alors faire preuve d'une bien curieuse imprudence. Deux semaines à peine après le décès de sa femme, il installe sa maîtresse Gypsy dans la demeure familiale. Officiellement, il la présente comme la "nounou". Sauf que rapidement, la famille s'aperçoit qu'elle partage sa couche la nuit... Durant trois ans, plusieurs proches pressent la police de rouvrir le dossier de la mort de Michele. En 2010, l'espoir renaît : son décès est classé comme "morte de cause indéterminée".

Il faudra attendre encore deux ans pour que les enquêteurs arrêtent Martin. Octobre 2013, son procès s'ouvre et il écope d'une condamnation pour meurtre. Il est reconnu qu'il a sciemment administré des médicaments trop forts et inadaptés à sa femme avant et après l'opération. On apprend quelques semaines plus tard qu'en plus du meurtre de sa femme, il a également abusé de l'une de ses filles. Mais il faut attendre octobre 2014 pour connaître enfin sa sentence : à 58 ans, Martin vient d'écoper de 15 ans de prison pour abus sexuel sur sa fille et d'une peine de prison à perpétuité pour l'assassinat de Michele. Une condamnation sans surprise pour celui qui - du propre aveu de l'accusation - "a failli commettre le crime parfait".

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous nos faits divers du jour


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info