Le fait divers du jour : un ex-soldat bigame incarcéré près avoir été confondu sur Facebook

Le service METRONEWS
Publié le 21 juillet 2016 à 12h38
Le fait divers du jour : un ex-soldat bigame incarcéré près avoir été confondu sur Facebook

ROYAUME UNI - Un ancien soldat britannique bigame a été condamné et incarcéré après que sa première femme a trouvé des photos de son second mariage sur sa page Facebook. Il était notamment accusé d'avoir inventé un document officiel pour faire croire à son divorce.

Metronews a fait le tour de la presse internationale et vous livre le fait divers du jour…

Collectionner les mariages pour vous emmener en prison. Simon C., un ancien soldat britannique de 40 ans, a récemment convolé avec sa chère et tendre à Prague. Les heureux époux ont voulu faire partager leur bonheur à leurs amis en publiant les photos de leur union sur sa page Facebook. Problème : en découvrant ces images, une certaine Elisabeth est réellement tombée des nues. Car celle-ci, rapporte le Mirror , était… toujours mariée avec lui depuis 2006. Le couple, qui avait deux enfants, était installé à Biddulph (Staffordshire) lorsque le mari a pris ses valises en 2012, ne s'entendant plus avec Elisabeth.

En 2014, Simon C. a contacté sa femme pour lui demander un divorce rapide. Mais celle-ci lui a fait comprendre qu'elle n'était pas préparée à faire les choses aussi rapidement. Qu'à cela ne tienne : l'ancien soldat, qui a rencontré entre-temps une autre femme à Prague, a décidé d'inventer le divorce.

"Comportement manipulateur"

La cour de Stoke-on-Trent (Staffordshire), devant laquelle l'homme a été présenté, a établi qu'il s'était lancé dans des mensonges en série pour faire croire à cette séparation officielle. Simon C. a notamment rédigé un faux message électronique prétendant que sa première union avait été annulée.

Le prévenu, qui avait servi dans l'armée en Bosnie, a fait part de ses remords devant la justice. Ce qui n'a pas empêché celle-ci de le condamner à six mois de prison, notamment pour "fausse déclaration". Le juge a fustigé "un comportement manipulateur" et de "graves préjudices" pour les deux femmes victimes de ses mensonges. Une double peine pour Simon C. : apprenant qu'il lui avait également menti, sa nouvelle femme a décidé de le quitter.

LE FAIT DIVERS D'HIER >> Les policiers débarquent à leur fête, elles les prennent pour des stripteaseurs

ENVIE D'ONDES POSITIVES ? >> VIDEO - Elle apprend à son fils de 7 ans sa rémission du cancer


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info