L’enlèvement du journaliste français Olivier Dubois au Mali

Le journaliste Olivier Dubois otage d'un groupe djihadiste au Mali, confirme Jean-Yves Le Drian

CQ
Publié le 23 mai 2021 à 16h04
JT Perso

Source : TF1 Info

OTAGE - Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, le ministre des Affaires étrangères a confirmé dimanche que le journaliste français Olivier Dubois, travaillant au Mali depuis 2015, était bien aux mains d'un groupe jihadiste. Disparu début avril, il était apparu le 5 mai dans une vidéo.

"On peut penser que ce journaliste est aujourd'hui un nouvel otage." Invité de l'émission Le Grand Jury, le ministre des Affaires étrangères a confirmé qu'Olivier Dubois était très probablement otage d'un groupe jihadiste au Mali. Disparu début avril, ce journaliste français travaillant depuis 2015 dans le pays a donné signe de vie le 5 mai, dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux. Il y explique avoir été enlevé le 8 avril à Gao, alors qu'il était en chemin pour interviewer Abdallah Ag Albakaye, commandant d'un groupe terroriste du GSIM, le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans.

Après cette vidéo, Paris avait confirmé la "disparition" du journaliste indépendant de 46 ans, sans donner plus de détails. Le parquet national antiterroriste (Pnat) avait pour sa part ouvert une enquête préliminaire pour "enlèvement en bande organisée" et "en relation avec une entreprise terroriste". 

Ce dimanche, le chef de la diplomatie a confié avoir pensé "qu'il avait disparu", avant de visionner la fameuse vidéo. Jean-Yves Le Drian a assuré mettre "les moyens nécessaires comme à chaque fois", refusant de donner davantage de détails. Avant l'enlèvement d'Olivier Dubois, il n'y avait plus d'otages français dans le monde, la dernière en date ayant été la travailleuse humanitaire Sophie Pétronin, libérée en octobre dernier après presque quatre ans à Gao, aux mains du même groupe terroriste, le GSIM.

Né en 2017, ce groupe terroriste a revendiqué une série d'attentats, notamment ceux ayant causé la mort de cinq soldats français au Mali en décembre 2020. Désormais, le GSIM se présente comme "l'ennemi le plus dangereux pour la Force Barkhane, pour les forces internationales et pour le Mali", selon le général Marc Conruyt, commandant de la force Barkhane, à l'Assemblée nationale en novembre dernier. 

Lire aussi

L'opération Barkhane est une opération militaire menée au Sahel et au Sahara par l'armée française, avec l'aide du Mali, de la Mauritanie, du Burkina Faso, du Niger et du Tchad, pour repousser l'offensive jihadiste dans la région. Celle-ci a remplacé en 2014 l'opération militaire Serval. 


CQ

Tout
TF1 Info