Le prix Nobel de la paix décerné à la militante Narges Mohammadi, emprisonnée en Iran

par T.G.
Publié le 6 octobre 2023 à 11h11, mis à jour le 6 octobre 2023 à 13h10

Source : TF1 Info

Le prestigieux prix Nobel de la paix a été décerné ce vendredi à Narges Mohammadi.
Cette militante est actuellement emprisonnée en Iran.
Elle est récompensée pour sa lutte pour les droits des femmes.

"À l'heure où nous parlons, elle est toujours en prison." Le prix Nobel de la paix a été décerné ce vendredi 6 octobre à la militante Narges Mohammadi. La journaliste de 51 ans est récompensée "pour son combat contre l’oppression des femmes en Iran et sa lutte pour la promotion des droits humains et la liberté pour tous", a déclaré la présidente du comité Nobel norvégien, Berit Reiss-Andersen, à Oslo.

Vice-présidente du Centre des défenseurs des droits de l'homme fondé par Shirin Ebadi, elle aussi prix Nobel en 2003, Narges Mohammadi a été maintes fois condamnée et emprisonnée depuis 25 ans. Elle est actuellement en détention depuis plus d'un an à la prison d'Evin à Téhéran. Ses combats ? Le port du voile obligatoire ou la peine de mort, mais aussi les violences sexuelles en détention.

La militante de 51 ans "est la personne la plus déterminée que je connaisse", a confié à l'AFP son mari Taghi Rahmani, réfugié depuis 2012 en France avec leurs deux jumeaux, aujourd'hui âgés de 17 ans. Arrêtée de multiples fois depuis 1998, elle doit encore être jugée prochainement pour de nouveaux chefs d'inculpation. Pour l'association Reporters sans frontières (RSF), elle est victime d'un "véritable harcèlement judiciaire".

L'attribution du Prix Nobel de la Paix à cette femme est hautement symbolique, au moment où le mouvement "Femme vie Liberté" secoue l'Iran depuis plus d'un an. La contestation, née après la mort d'une jeune Kurde iranienne, Mahsa Amini, décédée en détention après son arrestation par la police des mœurs pour un voile mal porté, a été réprimée dans le sang. Mais pour Mme Mohammadi, le changement est "irréversible".

Comme chaque année, les spéculations sont allées bon train. Mais l'état de la planète, marqué par la poursuite de la guerre en Ukraine, les tensions entre les États-Unis et la Chine, ou encore les coups d'État en Afrique, ont rendu la décision plus que jamais compliquée.


T.G.

Tout
TF1 Info