Le Prix Nobel de médecine remis à un duo de chercheurs américains pour leurs travaux sur le toucher

La rédaction de LCI
Publié le 4 octobre 2021 à 15h13
Le Nobel de médecine 2021 a sacré lundi l'Américain David Julius et l'Américain d'origine libano-arménienne Ardem Patapoutian (respectivement à gauche et à droite sur l'écran).

Le Nobel de médecine 2021 a sacré lundi l'Américain David Julius et l'Américain d'origine libano-arménienne Ardem Patapoutian (respectivement à gauche et à droite sur l'écran).

Source : JONATHAN NACKSTRAND / AFP

DISTINCTION - Les deux Américains Ardem Patapoutian et David Julius ont été sacrés Prix Nobel de médecine 2021 ce lundi 4 octobre, décerné depuis Stockholm. Leurs recherches ont porté sur les capacités de perception du système nerveux, notamment grâce au toucher.

"Des chercheurs incroyables qui ont ouvert les portes de la sensation sensorielle d’une manière totalement unique" : c’est ainsi que Thomas Perlmann, chef du comité Nobel pour la médecine, a désigné les deux gagnants de cette édition 2021 devant des journalistes, ce lundi 4 octobre à Stockholm. Le Nobel de médecine 2021, qui marque le 120e anniversaire du prix, a sacré l'Américain David Julius et l'Américain d'origine libano-arménienne Ardem Patapoutian, pour leurs découvertes sur la façon dont le système nerveux transmet la température et le toucher.

Ces "découvertes révolutionnaires" ont "permis de comprendre comment la chaleur, le froid et la force mécanique peuvent initier les impulsions nerveuses qui nous permettent de percevoir et de nous adapter au monde", a salué le jury Nobel à Stockholm. Des travaux précieux pour des recherches sur de nombreux traitements, notamment pour les douleurs chroniques. "Les lauréats ont identifié les chaînons manquants dans notre compréhension de l'interaction complexe qui lie nos sens et l'environnement", indique le communiqué de la Fondation.

David Julius, 65 ans, professeur à l'Université de Californie, a utilisé la capsaïcine, un composant actif du piment qui provoque une sensation de brûlure, pour identifier un capteur dans les terminaisons nerveuses de la peau qui réagit à la chaleur. De 12 ans son cadet et né à Beyrouth, Ardem Patapoutian, professeur à l'institut de recherche Scripps, également en Californie, a, lui, utilisé des cellules sensibles à la pression. Il a ainsi pu découvrir une nouvelle classe de capteurs qui répondent aux stimuli mécaniques dans la peau et les organes internes.

"J'ai cru que c'était un canular"

Au cours de la nuit sur la côte Ouest des États-Unis, la fondation Nobel a eu bien de la peine à annoncer les résultats aux deux concernés. "On les a eus au téléphone au dernier moment", a expliqué Thomas Perlmann, qui raconte que le comité a dû passer par "le numéro de téléphone d’un père et d’une belle-sœur". La Fondation a diffusé sur Twitter une photo familiale d'Ardem Patapoutian dans son lit, félicité par son fils Luca, "en train de regarder la conférence de presse du Prix Nobel après avoir reçu la bonne nouvelle"

Si les Nobel 2021 sont bien annoncés comme prévu cette semaine, le coronavirus a entraîné pour la deuxième année consécutive l'annulation de la venue des lauréats pour la remise des prix le 10 décembre à Stockholm. Du jamais-vu en temps de paix depuis 1924.

Ce prix a déjoué les pronostics des experts, même si David Julius figurait depuis 2014 dans la longue liste des nominés potentiels, tenue par l'organisme Clarivate. Il avait également remporté en 2019 le nouveau Breakthrough Prize créé par les fondateurs de Google et Facebook, accompagné d'une riche récompense de 3 millions de dollars. 

"On ne s'attend jamais à ce que ces choses arrivent (...) J'ai cru que c'était un canular", a affirmé ce natif de New York à la radio publique suédoise. Sa femme Holly Ingraham, professeure de pharmacologie cellulaire et moléculaire à l’Université de Californie également, a partagé sur Twitter une photo de son mari en peignoir, recevant l’appel lui annonçant qu’il était lauréat. "Et on a cru que c’était un canular", a-t-elle aussi écrit en légende d’une photo du couple, une tasse à la main, dans un second tweet. 

L'Académie suédoise des Sciences veille jalousement à garder secret le nom des centaines de nominations en lice chaque année. Les spécialistes misaient pour cette édition davantage sur d’autres recherches, comme les vaccins à ARN messager contre le Covid-19. L'an dernier, déjà en pleine pandémie, le prix 2020 était allé à des virologues, trois découvreurs du virus responsable de l'hépatite C.

Le millésime se poursuit à Stockholm mardi avec la physique, mercredi avec la chimie, avant les très attendus prix de littérature jeudi et de la paix vendredi, seule récompense décernée à Oslo. Le plus récent prix d'économie clôt la saison lundi prochain. Avec ce 112e Nobel de médecine, ils sont désormais 224 à s'être vu décerner le prix "de physiologie ou de médecine" depuis sa création, dont seulement 12 femmes. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info