Covid, et après ?

Le travail des enfants augmente pour la première fois en deux décennies

La rédaction de LCI, avec AFP
Publié le 10 juin 2021 à 8h52
De jeunes Syriens déplacés travaillent dans une raffinerie de pétrole de fortune près du village de Tarhin, dans une zone contrôlée par les factions soutenues par la Turquie dans la campagne nord d'Alep, le 25 février 2021.

De jeunes Syriens déplacés travaillent dans une raffinerie de pétrole de fortune près du village de Tarhin, dans une zone contrôlée par les factions soutenues par la Turquie dans la campagne nord d'Alep, le 25 février 2021.

Source : Bakr ALKASEM / AFP

MISE EN GARDE - Selon un rapport conjoint de l'Unicef et de l'Organisation internationale du travail (OIT), des millions d'enfants risquent d'être poussés à travailler à cause de la pandémie de Covid-19, au moment où le monde a enregistré la première hausse du nombre d'enfants au travail en deux décennies.

160 millions. C'est le nombre estimé par l'ONU d'enfants qui étaient forcés de travailler début 2020, soit 8,4 millions de plus depuis les dernières études, réalisées il y a quatre ans. Selon cette dernière estimation, neuf millions d'enfants de plus pourraient se retrouver forcés de trouver du travail d'ici la fin de l'année prochaine, si les projections actuelles sur la hausse de la pauvreté dans le monde devaient se matérialiser. 

Une tendance à la hausse

Ce nombre pourrait être plus de cinq fois plus élevé d'ici la fin 2022 pour la statisticienne de l'Unicef et co-auteure du rapport, Claudia Cappa : "Si les protections sociales baissent par rapport à leur niveau actuel, à cause de mesures d'austérité et d'autres facteurs, le nombre d'enfants forcés de travailler pourrait bondir de 46 millions."

La tendance est donc à la hausse et avait commencé avant que la pandémie ne chamboule totalement l'économie mondiale. Au moment où la crise sanitaire se répandait dans le monde, un enfant sur dix était au travail. L'ONU avertit que la situation risque de se dégrader encore si rien n'est fait pour aider les familles qui plongent dans la pauvreté. 

Ces nouvelles projections sont un cri d'alarme

Guy Rider, patron de l'OIT

"Ces nouvelles projections sont un cri d'alarme", a souligné le patron de l'OIT, Guy Rider, appelant à "briser le cycle de la pauvreté et du travail des enfants." Selon le rapport, la moitié de tous les enfants qui travaillent sont âgés de seulement cinq à onze ans. Le phénomène frappe plus les garçons, qui comptaient pour 97 millions sur le total de 160 millions d'enfants au travail début 2020. La très grande majorité des enfants (70% ou 112 millions) sont occupés à des tâches agricoles tandis que 20% sont actifs dans le secteur des services et les 10% restant dans l'industrie.

C'est l'Afrique sub-saharienne qui a vu la plus forte hausse du nombre d'enfants au travail. Ils étaient 16,6 millions de plus au début de l'année dernière qu'en 2016.

À travers ce rapport, l'ONU alerte également sur la progression inquiétante du nombre d'enfants de cinq à dix-sept ans qui font un travail dangereux, c'est-à-dire qui peut avoir un effet direct sur leur développement, leur éducation ou leur santé. Cette catégorie comprend des secteurs dangereux comme la pêche, les mines, ou encore le fait de travailler plus de 43 heures par semaine, rendant alors impossible toute scolarisation. 

Début 2020, l'OIT et l'Unicef estiment que 79 millions d'enfants étaient occupés à ce genre de travaux dangereux, soit 6,5 millions de plus que quatre ans plus tôt. 


La rédaction de LCI, avec AFP

Tout
TF1 Info