En Chine, la révolte contre le "zéro Covid"

Manifestations en Chine : comment les protestataires contournent la censure

Aurélie Loek avec AFP
Publié le 28 novembre 2022 à 12h45
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Un mouvement inédit de protestation a émergé en Chine contre la politique "zéro-Covid" hyper restrictive, et pour davantage de libertés individuelles.
Des manifestants ont eu recours à des méthodes alternatives pour exprimer leur colère.
Une manière de contourner la répression policière et la censure.

Face à la répression policière, certains protestataires chinois ne manquent pas d'originalité. Afin de contourner la censure, plusieurs personnes ont usé de méthodes alternatives pour exprimer leur colère contre la politique "zéro Covid" menée par le gouvernement de Xi Jinping, aux cours d'un mouvement inédit de manifestations survenues partout dans le pays depuis dimanche 27 novembre.

Des manifestants de plusieurs villes ont ainsi brandi de simples feuilles de papier A4 blanches sans qu'aucun message ne soit inscrit. Une façon détournée de symboliser la censure mise en place par le régime, initiée par des étudiants de la prestigieuse université de Tsinghua, à Pékin. Sur la messagerie WeChat, très contrôlée par le régime chinois, certains ont affiché en soutien un carré blanc dans sur leur profil.

Les étudiants se sont également pris en photo en montrant des "équations de Friedmann", du nom d'un physicien qui évoque "freed man" (homme libre) ou "freedom" (liberté) en anglais. Sur les réseaux sociaux, où certains termes sont systématiquement censurés, les internautes évoquent les manifestations avec des termes détournés. "Peau de banane", qui a les mêmes initiales en chinois que le président Xi Jinping, est utilisée, à l'instar de "mousse de crevette" dont la sonorité est proche du mot "démission".

Ironie et sarcasme pour dénoncer le "zéro Covid"

D'autres ont misé sur l'ironie. À Pékin, une foule le long de la rivière Liangma, dimanche soir, scandait : "Je veux faire des tests pour le Covid, je veux scanner mon QR code". En ligne, des publications absurdes avec une tonalité "positive" se sont multipliées sur la messagerie et le réseau social Weibo, comme "bien bien bien bien bien" ou "bon bon bon"

Une vidéo montrant des supporteurs à la Coupe du monde sans masque a vu sa bande-son modifiée. "Mettez vos masques !" ou "Faites-vous tester !", pouvait-on entendre. La vidéo a depuis été censurée et la télévision chinoise ne montre plus d'images de spectateurs sans masque. Chaque plan concerné est systématiquement remplacé.

Des chants pour se défendre de toute manipulation étrangère

À travers la Chine, l'hymne national et "l'Internationale" ont été chantés pendant des rassemblements, pour se défendre à l'avance de toute dénonciation par les autorités d'un mouvement qui serait non patriotique ou manipulé par l'étranger. Mais une vidéo virale, rapidement retirée par la censure, montre des étudiants dans un dortoir d'université chanter une chanson pop cantonaise du groupe Beyond, "Océans sans limite, vastes cieux", qui était utilisée comme un hymne à la liberté par de nombreux manifestants pro-démocratie à Hong Kong avant la pandémie.

À l'étranger, des étudiants chinois ont organisé des mouvements similaires, notamment en Amérique du Nord et en Europe. Dans une vidéo publiée sur Instagram et géolocalisée par l'AFP, des manifestants chantent et installent devant le consulat chinois de Toronto un panneau "Rue Urumqi", du nom d'une artère de Shanghai où ont convergé les manifestants, après l'incendie d'Urumqi.

Cet incendie mortel, survenu dans la capitale de la province du Xinjiang (nord-ouest), a catalysé la colère de nombre de Chinois, certains accusant les restrictions sanitaires d'avoir bloqué le travail des secours. Le ministère chinois des Affaires étrangères a accusé des "forces aux motivations cachées" d'établir un lien entre cet incendie et "la réponse locale au Covid-19", selon son porte-parole, Zhao Lijian.

Lire aussi

Au-delà de ces méthodes originales, les opposants ont plus généralement dénoncé clairement leur lassitude concernant la politique "zéro Covid" au cours d'un mouvement inédit de protestations en Chine, ce weekend. Une mobilisation nourrie par une montée de la protestation ces derniers mois contre les mesures sanitaires hyper restrictives appliquées dans ce pays. 

Par son étendue sur le territoire, la mobilisation semble la plus importante depuis les émeutes pro-démocratie de 1989. Mais le gouvernement chinois ne semble pas prêt à opérer un revirement, misant plutôt sur une répression policière importante de la contestation. Sous "la direction du Parti communiste chinois et (avec) le soutien du peuple chinois, notre combat contre le Covid-19 sera une réussite", a assuré son porte-parole Zhao Lijian lundi matin.


Aurélie Loek avec AFP

Tout
TF1 Info