En Chine, la révolte contre le "zéro Covid"

Manifestations en Chine : la vaccination, cette faille béante de Pékin derrière le "zéro Covid"

Maxime Magnier
Publié le 29 novembre 2022 à 12h34
JT Perso

Source : Le JT

Depuis dimanche, la Chine fait face à des manifestations historiques contre les restrictions sanitaires qui découlent de la politique "zéro Covid" appliquée par Pékin.
Une stratégie sanitaire liée aux carences de la campagne vaccinale dans le pays.
Trop peu de citoyens sont vaccinés et les sérums autorisés manquent d'efficacité.

Plus de trois ans après le début de la pandémie de Covid-19, une large partie du monde semble avoir su s'adapter au virus, à grand renfort de mesures sanitaires, puis de vaccins et de traitements. Pas la Chine, deuxième économie mondiale, toujours solidement attachée à sa stratégie "zéro Covid" qui lui vaut aujourd'hui de faire face au mouvement de contestation le plus étendu depuis les mobilisations pro-démocratie de 1989.

Car derrière cette doctrine sanitaire, faite de confinements ponctuels, de tests à répétition et d'un isolement pour le moins autoritaire, se cache l'une des failles criantes du régime de Pékin : sa campagne de vaccination.

Le patriotisme économique, le vrai blocage ?

Les autorités semblent d'ailleurs bien conscientes du problème. En atteste l'annonce faite ce mardi 29 novembre par la Commission nationale de la santé (NHC), qui s'engage, dans un avis, à "accélérer la hausse du taux de vaccination des personnes âgées de plus de 80 ans et à continuer d'augmenter le taux de vaccination des personnes âgées de 60 à 79 ans"

Et pour cause : d'après l'organisme, seuls 65,8% des Chinois de plus de 80 ans sont aujourd'hui pleinement vaccinés. Une proportion qui chute à "30 ou 35%" chez les plus de 60 ans, soulignait lundi pour Radio France Jean-Louis Rocca, professeur à Sciences Po et chercheur au Centre de recherches internationales (CERI). En cause, un manque "de confiance dans le vaccin et dans son efficacité", poursuivait le chercheur. 

Lire aussi

Soulignons toutefois que d'après le site Our World in Data, 90,1% des habitants du pays (toutes classes d'âges confondues) présentent un schéma vaccinal complet. C'est alors la qualité des sérums administrés qu'il convient de pointer : si la Chine a homologué sept vaccins élaborés sur son sol - dont ceux de Sinovac et Sinopharm -, leur efficacité semble moins élevée face aux nouveaux variants, plus contagieux, que ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna, qui fonctionnent sur l'ARN messager. Or, Pékin n'a autorisé aucun vaccin chinois reposant sur cette technologie, même si dix sont en cours d’essais cliniques, selon l’institut GlobalData, rapporte Le Figaro

Dans le même temps, précise aussi le journal, les autorités sanitaires locales n'ont encore approuvé aucun vaccin ou rappel ciblant spécifiquement le variant Omicron. Derrière cette incongruité, se cachent des considérations éloignées du sanitaire : par patriotisme économique, le régime refuse d'accepter sur son sol des vaccins étrangers plus efficaces que ceux développés localement.


Maxime Magnier

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info