Iran : la révolte du voile

Manifestations en Iran : plus de 75 morts, Paris condamne la "répression violente"

TG avec AFP
Publié le 26 septembre 2022 à 22h54
JT Perso

Source : JT 20h WE

Paris a fait état lundi de "sa condamnation la plus ferme de la répression violente, par l’appareil sécuritaire iranien, des manifestations" en Iran.
Selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), "au moins 76 personnes ont été tuées".

Le bilan ne cesse de s'alourdir au fil des jours en Iran. Plus de 75 personnes ont été tuées au cours des manifestations déclenchées il y a dix jours par la mort d'une jeune femme détenue par la police des mœurs, a indiqué lundi une ONG. Une situation condamnée par le quai d'Orsay, qui évoque ce lundi soir une "répression violente".

Selon l'ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, "au moins 76 personnes ont été tuées dans les manifestations" dont "six femmes et quatre enfants", dans 14 provinces du pays. L'IHR a affirmé avoir obtenu des "vidéos et des certificats de décès confirmant des tirs à balles réelles sur des manifestants". Plus de 1.200 manifestants ont été arrêtés dans la république islamique, ont indiqué de leur côté les autorités lundi.

"L'Iran doit cesser cette répression brutale"

Depuis le décès de Mahsa Amini, les Iraniens descendent chaque soir dans la rue à Téhéran et ailleurs dans le pays. De nombreux policiers casqués et armés de bâtons prennent alors position pour tenter d'empêcher les rassemblements. Lundi soir, les protestations ont repris avec les mêmes slogans de "Mort au dictateur" dans la capitale et dans d'autres villes, selon des témoins.

"La France condamne toutes les violences, les arrestations et les détentions arbitraires (...), ainsi que les atteintes flagrantes aux droits des femmes et à la liberté d'expression par le blocage de sites d’information et de réseaux sociaux" ainsi que les arrestations "de journalistes dans l’exercice de leur métier", a estimé le Quai d'Orsay ce lundi soir. La France appelle "l’Iran à cesser cette répression brutale, à respecter pleinement ses engagements internationaux en matière de droits de l'Homme (...) et à garantir la liberté de réunion pacifique et d'association ainsi que la liberté d’opinion et d’expression, notamment sur internet".

Lire aussi

Toujours selon le ministère des Affaires étrangères, la France examinait avec ses partenaires européens "les options disponibles en réaction à ces nouvelles atteintes massives aux droits des femmes et aux droits de l’Homme en Iran". Une décision qui s'ajoute au concert de critiques internationales envers Téhéran : ce lundi, l'ambassadeur d'Iran a été convoqué à Berlin. La veille, l'Union européenne avait dénoncé "l'usage disproportionné de la force" par les autorités iraniennes, tandis que Téhéran a convoqué les ambassadeurs du Royaume-Uni et de Norvège.


TG avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info