Disparition de Français au Mexique : deux corps retrouvés enterrés, deux arrestations pour "homicide"

par Aurélie SARROT
Publié le 7 novembre 2022 à 16h15
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Disparus au Mexique la fin août, Assya Madjour et Michel Amado n'ont pas donné signe de vie à leurs proches.
Deux corps ont été retrouvés mi-octobre et sont en cours d'identification.
Deux hommes ont été arrêtés dimanche dans le cadre de cette affaire.

Une attente interminable pour leurs familles. Deux mois après la disparition d'Assya Madjour et Michel Amado, âgés respectivement de 50 et 57 ans, au Mexique, l'enquête progresse, mais les confirmations se font attendre. Les deux Français s'étaient mariés en mai à Valladolid. Installés dans cette ville de l'état du Yucatan, au sud est du pays, ils géraient, depuis plusieurs années, deux hôtels et des chambres destinés aux touristes. 

Depuis le 12 septembre, ni Assya Madjour, ni Michel Amado n'ont donné signe de vie. Le dernier appel vocal date de la fin août et il y a eu un échange Whatsapp le 12 septembre. Les proches ont très vite alerté les autorités jusqu'à ce qu'ils apprennent la macabre découverte, le mois dernier. "Deux corps ont été retrouvés le 16 octobre dans l'auberge de Michel et d'Assya à Valladolid", confie un proche à TF1info ce lundi. "Ils étaient enterrés dans une grotte naturelle située dans le jardin où Michel et Assya avaient prévu de construire une piscine. Il s'agit d'un homme et d'une femme. Des prélèvements ADN ont été effectués et des comparaisons sont en cours pour savoir s'il s'agit bien d'Assya et de Michel, mais nous n'avons pas reçu de confirmation officielle pour le moment. Il y a un protocole très précis qui est respecté pour l'ADN et les autopsies", dit-il, ne masquant pas son "impatience". 

Deux hommes arrêtés

Trois semaines après cette découverte, les autorités mexicaines ont annoncé dimanche dans un communiqué l'arrestation de deux hommes "probables responsables de l'homicide en août d'un couple d'origine française commis à Valladolid". L'un, âgé de 34 ans, a été arrêté à Guanajuato ; l'autre, âgé de 41 ans, à Querétaro. 

Leur arrestation intervient "53 jours après que des proches" du couple "ont fait état de leur disparition mi-septembre", a ajouté le ministère de Sécurité publique de l'État du Yucatán (sud-est) dans un communiqué. "Les suspects ont été identifiés notamment grâce à des retraits bancaires qui ont été effectués avec les cartes bancaires de Michel et d'Assya. Ces retraits, dont l'un date du 26 septembre, ont été filmés par les images de vidéosurveillance. Par ailleurs, le téléphone d'Assya a été localisé à Querétaro, là où l'un des suspects a été arrêté", indique ce proche du couple à notre rédaction. Ce dernier est par ailleurs certain que le message du 12 septembre a été écrit non pas par le couple mais par les meurtriers présumés.

En "utilisant un téléphone portable du couple", les meurtriers présumés ont fait croire que les deux Français "étaient en voyage dans l'état du Chiapas", également dans le sud du Mexique, mais à des centaines de kilomètres du Yucatán, a indiqué le communiqué du ministère local de la Sécurité publique.

"Pouvoir faire notre deuil"

Contacté ce lundi par TF1info, le quai d'Orsay indique que "les services du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères à Paris et notre consulat général à Mexico sont pleinement mobilisés et suivent les derniers développements en lien étroit avec la famille et les autorités mexicaines." Il ne confirme pas pour l'heure que l'identité des corps.

Le parquet de Paris précise qu'une enquête  a été ouverte début octobre et confiée à l'Office central pour la répression des violences aux personnes. 

"Si les corps sont bien ceux de Michel et Assya, c'est une mort tragique, absurde, que ne méritaient pas Assya et Michel", poursuit le proche du couple. "C'était deux magnifiques personnes (...) Mes sentiments sont confus, il y a une forme de soulagement, si ce sont eux qui ont été retrouvés, mais il y a aussi beaucoup de colère et de chagrin. Nous attendons l'authentification ADN pour rapatrier les corps, pour pouvoir faire notre deuil", conclut-il, très éprouvé. 


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info