Corée du Nord-États-Unis : sommet historique entre Kim Jong-un et Trump

Missile : la Corée du Nord se prépare décidément à la guerre

La rédaction de LCI
Publié le 5 septembre 2017 à 5h49, mis à jour le 5 septembre 2017 à 14h31
Missile : la Corée du Nord se prépare décidément à la guerre

Source : KNCA / AFP

MANŒUVRE - Un quotidien de Corée du Sud rapporte, ce mardi matin, que Pyongyang serait en train de déplacer vers sa côte occidentale ce qui ressemble à un missile balistique intercontinental, du même type que ceux que Kim Jong-un menace d'envoyer sur les États-Unis.

Est-on en train d'aller vers une nouvelle escalade des tensions entre la Corée du Nord et la communauté internationale ? Mardi 5 septembre au petit matin, selon un rapport du quotidien sud-coréen Asia Business Daily citant une source proche des services de renseignements, Pyongyang était en train de déplacer ce qui paraît être un missile balistique intercontinental, dit ICBM. Le journal précise que l'engin est en plein transfert depuis la veille. Une décision prise au lendemain d'un nouvel essai nucléaire, le sixième, réalisé par la Corée du Nord.

Le journal sud-coréen n'identifie pas sa source, mais affirme que le transport du missile vers la côte occidentale de Corée du Nord est effectué de nuit afin d'échapper à la surveillance des autorités. Pyongyang dispose de plusieurs installations balistiques dans cette partie du pays. Pour l'instant, le ministère sud-coréen de la Défense n'a pas été en mesure de confirmer l'information. En tout début de semaine, il avait cependant rapporté que Pyongyang s'était dite prête à tirer de nouveaux missiles, dont certains du type ICMB, à tout moment. 

Essai nord-coréen : "Le temps des demi-mesures est terminé", clame l'ambassadrice américaine Nikki HaleySource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Manoeuvres sud-coréennes en prévention

Dans le même temps, la marine sud-coréenne a annoncé dans un communiqué avoir lancé des manoeuvres à tirs réels, mardi 5 septembre, et ce dans le but de dissuader justement la Corée du Nord de toute provocation en mer. Une annonce qui intervient deux jours après un test d'une bombe H par Pyongyang, le plus puissant réalisé à ce jour par le régime de Kim Jong-un. Les autorités nord-coréennes avaient alors fait savoir que cette bombe hyrdrogène pourrait être montée sur un missile balistique intercontinental. En réaction, la Corée du Sud avait dès lundi lancé des manoeuvres terrestres à tirs réels, simulant une attaque avec des missiles balistiques sur le polygone de tir nucléaire du régime de Kim Jong-un. Dans un entretien téléphonique, le président américain Donald Trump, qui a de nouveau haussé le ton sur la question nord-coréenne, et son homologue sud-coréen Moon Jae-In s'étaient mis d'accord lundi pour supprimer la limite décidée en 2001 sur les charges utiles embarquées sur les missiles balistiques sud-coréens, limite alors fixée à 500 kilos.

"Si l'ennemi se lance dans une quelconque provocation, sur mer ou sous les flots, nous allons immédiatement répondre et l'envoyer par le fond", a averti mardi le capitaine Choi Young-chan, commandant du 13e groupe naval des forces armées sud-coréennes, dans un communiqué. Cet exercice naval, en mer du Japon, a notamment impliqué la frégate  Gangwon, de 2 500 tonnes, un patrouilleur de 1000 tonnes, et un navire lance-missiles de 400 tonnes, a précisé la marine sud-coréenne dans un communiqué.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info