Regain de tensions entre les deux Corées

Corée du Nord : de nouveaux tirs de missiles, la Chine s'en mêle

La rédaction de TF1info
Publié le 6 octobre 2022 à 8h01
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

La tension s'intensifie autour de la péninsule coréenne.
Pyongyang a lancé, jeudi 6 octobre, de nouveaux missiles balistiques, en réaction à la riposte de la Corée du Sud et des États-Unis.
Le régime de Kim Jong-un, défendu par la Chine, blâme les deux alliés, à l'origine, selon lui, de cette "escalade des tensions militaires".

La crainte d'une escalade se fait pressante. Au lendemain de la riposte "robuste" des États-Unis, qui a tiré conjointement avec la Corée du Sud quatre missiles vers des cibles en mer, Pyongyang a lancé, jeudi 6 octobre, deux nouveaux engins balistiques. La Corée du Nord a qualifié ces essais de "justes mesures de rétorsion contre les manœuvres militaires" de Washington et Séoul, "qui provoquent une escalade des tensions militaires dans la Péninsule coréenne", a affirmé le régime de Kim Jong-un.

Ces dernières semaines, les deux alliés et Tokyo ont multiplié les exercices militaires en commun dans la région, notamment de lutte anti-sous-marine, ainsi que des manœuvres navales à grande échelle. Outre les tirs de cinq missiles balistiques - dont un s'est écrasé après son lancement, sans toutefois que l'ogive n'explose - les aviations sud-coréennes et américaines ont mené des exercices de tir en mer Jaune. Séoul a aussi annoncé le retour dans la région du porte-avions à propulsion nucléaire américain USS Ronald Reagan, qui a effectué en septembre dernier des exercices avec la marine sud-coréenne.

Un sixième tir "absolument inacceptable"

Les nouveaux tirs réalisés par Pyongyang sont intervenus au moment où, à New York, le Conseil de sécurité de l'ONU se réunissait pour évoquer le lancement d'un autre missile, qui avait survolé le Japon deux jours plus tôt. Ce sixième lancement en moins de deux semaines est "absolument inacceptable", a aussitôt réagi le Premier ministre japonais Fumio Kishida.

Selon l'armée sud-coréenne, les deux missiles à courte portée ont été lancés dans la matinée depuis les environs de Pyongyang en direction de la mer du Japon. Les garde-côtes japonais ont confirmé avoir détecté ces projectiles. Le premier missile a parcouru 350 kilomètres à une altitude maximale d'environ 80 kilomètres, selon l'analyse faite par Séoul. Le deuxième engin nord-coréen a volé sur une distance de 800 kilomètres à une altitude de 60 kilomètres.

Lire aussi

Des tirs défendus par la Chine, alliée et partenaire économique de la Corée du Nord, blâmant même l'action de Washington. Selon Pékin, les essais de Pyongyang sont "étroitement liés" aux exercices militaires américano-sud-coréens, a justifié l'ambassadeur chinois adjoint auprès des Nations unies Geng Shuang, mercredi 5 octobre, devant le Conseil de l'ONU. Le dirigeant chinois a accusé les États-Unis d'"empoisonner l'environnement de sécurité régional". En réponse, l'ambassadrice américaine auprès de l'ONU Linda Thomas-Greenfield a dénoncé "un effort clair de la Chine et la Russie pour récompenser (la Corée du Nord) pour ses mauvaises actions", appelant à un renforcement des sanctions contre le régime de Kim Jong-un.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info