La mort de Mahsa Amini a été annoncée après que la jeune femme a été arrêté par la police des mœurs.
Depuis, les manifestations de colère ne retombent pas, mais les autorités nient toute implication.
Pour le cousin de Mahsa Amini, celle-ci est pourtant bien morte "d'un violent coup à la tête".

C'est une version des événements qui vient contredire celle des policiers. Alors que les manifestations de colère ne retombent pas en Iran suite à l'annonce de la mort de Mahsa Amini après sa détention par la police des mœurs, son cousin s'est exprimé pour faire entendre le récit de cette arrestation. Selon lui, la jeune femme de 22 ans est décédée après "un violent coup à la tête" donné par les policiers le jour de son arrestation.

Rapportant le témoignage de la mère et du frère de Mahsa Amini, présents au moment des faits, Erfan Salih Mortezaee, installé depuis un an au Kurdistan d'Irak, a raconté à l'AFP l'arrestation de sa cousine, alors qu'elle était en visite avec sa famille à Téhéran.

Quand ils l'ont frappée à la tête avec le bâton, elle a perdu connaissance
Erfan Salih Mortezaee

En sortant de la station de métro Haghani, le 13 septembre dernier, "la police des mœurs les a stoppés, interpellant Jhina et ses proches", a raconté le trentenaire, utilisant le prénom kurde de sa cousine pour évoquer les événements. Malgré les tentatives de négociations du jeune frère de Mahsa Amini, les policiers auraient commencé à frapper violemment la jeune femme car elle ne respectait pas selon eux le code vestimentaire strict imposé aux femmes dans le pays

Selon le récit du frère, la jeune femme était pourtant "habillée comme toutes les femmes en Iran, et portait un hijab". Les policiers auraient ensuite pulvérisé un spray au poivre au visage du frère, pour le neutraliser, avant d'emmener les femmes dans un van de la police des mœurs. Les coups se seraient alors poursuivis à bord du véhicule.

"Quand ils l'ont frappée à la tête avec le bâton, elle a perdu connaissance", a déclaré Erfan Salih Mortezaee. Après son arrivée au poste, il a fallu attendre encore au moins une heure et demie avant qu'elle ne soit transportée à l'hôpital. Au bout de trois jours dans le coma, son décès sera prononcé le 16 septembre. Toujours selon le récit de la mère rapporté par le cousin, les médecins à l'hôpital ont alors informé la famille que leur fille "avait reçu un violent coup à la tête".

Ce récit met donc en cause les autorités alors que celles-ci nient toute implication dans la mort de Mahsa Amini. Depuis l'annonce de la mort de l'Iranienne, d'importantes manifestations se tiennent chaque jour, protestant notamment contre le port du voile obligatoire pour les femmes. Selon un dernier bilan donné mardi par l'agence Fars, "environ 60 personnes ont été tuées" depuis le 16 septembre. La police fait état en outre de l'arrestation de plus de 1200 manifestants.


A. Lo. avec l'AFP

Tout
TF1 Info