Russie : les funérailles d'Alexeï Navalny prévues vendredi à Moscou

par M.G avec AFP
Publié le 28 février 2024 à 11h03, mis à jour le 28 février 2024 à 12h11

Source : TF1 Info

Les funérailles Alexeï Navalny auront lieu vendredi à 14h locales, à Moscou, a annoncé son équipe mercredi sur les réseaux sociaux.
Pour rappel, l'opposant russe est mort le 16 février, dans une colonie pénitentiaire de l'Arctique.

Les funérailles de l'opposant russe Alexeï Navalny, mort le 16 février en prison, auront lieu vendredi à 14h locales (12h, heure française) à Moscou, a annoncé son équipe mercredi sur les réseaux sociaux. "Le service funéraire pour Alexeï se tiendra à l'église de l'icône Notre-Dame 'Soulage mon chagrin' à Marino le 1ᵉʳ mars à 14h. Les funérailles auront lieu au cimetière Borisovsski" dans le sud-est de la capitale, a indiqué son équipe sur Telegram.

Selon l'un des proches collaborateurs de l'opposant, Ivan Jdanov, la mise en terre aura lieu à 16h locales (14h, heure française), à près de 20 kilomètres des murs rouges du Kremlin. "Je ne sais pas encore si ces funérailles seront paisibles ou si la police arrêtera ceux qui sont venus dire au revoir à Alexeï", a déploré la veuve de l'homme politique, Ioulia Navalnaïa, devant le Parlement européen à Strasbourg. 

Un lieu d'inhumation difficile à trouver

Pour rappel, l'opposant à Vladimir Poutine est décédé le 16 février dans une prison reculée de l'Arctique. Les circonstances de sa mort restent floues. Selon les services pénitentiaires russes, il est question d'un soudain malaise "après une promenade". Cette thèse est toutefois loin de faire l'unanimité. De nombreux dirigeants occidentaux accusent, eux, les autorités russes d'être derrière ledit malaise, certains évoquant un "meurtre", après trois années de détention.

Depuis la remise du corps de l'opposant à sa mère samedi 24 février, l'équipe de l'ancien détracteur numéro un du Kremlin cherchait un lieu pour un "adieu public" mais se voyait "refuser" toute demande. "Partout, on a refusé de nous donner quoi que ce soit. Dans certains endroits, on nous a dit que c'était interdit", a expliqué Ivan Jdanov, dans un communiqué sur Telegram, fustigeant "le Kremlin et (Sergueï) Sobianine", le maire de Moscou. 

En effet, cette cérémonie pourrait mobiliser en nombre les partisans de l'ancien prisonnier politique et ainsi constituer un caillou dans la chaussure de Vladimir Poutine à quelques semaines de la présidentielle dont il est le grand favori. 


M.G avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info