Naufrage d'un pétrolier au large de la Tunisie : que sait-on du risque de marée noire ?

M.D.
Publié le 16 avril 2022 à 17h10
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Un cargo pétrolier a coulé ce samedi matin dans le golfe de Gabès, au large de la Tunisie.
À ce stade, aucune fuite importante n'a été constatée, mais le risque d'une marée noire n'est pas encore totalement écarté.

Après le naufrage d'un cargo pétrolier, ce samedi 16 avril au matin dans le golfe de Gabès (côte sud-est de la Tunisie), une course contre la montre a débuté pour éviter une catastrophe naturelle d'ampleur. Le pétrolier Xelo, de 58 mètres de long sur 9 mètres de large, faisait route vers l'île de Malte en provenance du port de Damiette, en Égypte. Pour se mettre à l'abri, du fait de mauvaises conditions météorologiques, le navire avait demandé à entrer dans les eaux territoriales tunisiennes, vendredi soir. Alors qu'il se trouvait à environ 7 km des côtes du golfe de Gabès, le pétrolier a commencé à prendre l'eau et a finalement coulé ce dimanche matin. Le cargo contient dans ses cuves l'équivalent de 750 tonnes de pétrole.

Que sait-on de la situation sur place ?

Interviewée à la mi-journée par la télévision nationale, la ministre tunisienne de l'Environnement, Leila Chikhaoui, a affirmé que la situation était "sous contrôle". Les autorités ont rapidement déclenché le plan national d'urgence de prévention des pollutions marines, avec l'objectif "de maîtriser la situation et d'éviter la propagation de polluants", a indiqué le ministère de l'Environnement. 

Un peu plus tôt, un porte-parole du tribunal de Gabès, Mohamed Karry, avait reconnu auprès de l'AFP la présence de "fuites minimes qui ne sont même pas visibles à l'œil nu", tout en estimant qu'"il ne devrait pas y avoir une catastrophe dans le golfe de Gabès". Une enquête a été ouverte et l'équipage est en train d'être interrogé pour comprendre les raisons du naufrage du navire.

D'importants moyens mis en œuvre

Le ministère de l'Environnement tunisien a annoncé dans un communiqué avoir pris des mesures pour limiter le risque de pollution. Des plongeurs doivent inspecter la coque du navire pour s'assurer de son état et des "barrières antipollution" vont rapidement être installées autour de la zone du naufrage. Une opération de pompage est également prévue pour retirer le fioul présent dans les cuves. 

Lire aussi

Le dernier accident maritime concernant la Tunisie date d'octobre 2018, quand un navire roulier tunisien, L'Ulysse, était entré en collision avec un porte-conteneur chypriote CLS Virginia à 28 kilomètres au large du Cap Corse, en France. À l'époque, une nappe de 600 tonnes de fioul de propulsion s'était échappée du porte-conteneur chypriote, qui avait nécessité l'intervention de navires français, italiens et de l'agence européenne de la mer pour limiter la pollution marine.


M.D.

Tout
TF1 Info