Ne pas mener d'offensive à Rafah reviendrait pour Israël à "perdre la guerre" contre le Hamas, selon Nétanyahou

par F.S. avec AFP
Publié le 17 février 2024 à 20h45

Source : TF1 Info

Malgré les craintes de la communauté internationale, Israël compte mener son opération dans la ville de Rafah.
Cette offensive est nécessaire aux yeux du Premier ministre israélien.
Sans elle, Israël pourrait "perdre la guerre" contre le Hamas, a déclaré samedi soir Benyamin Nétanyahou.

Il ne compte pas "céder". Au cours d'une conférence de presse ce samedi 17 février, Benyamin Nétanyahou a rappelé sa volonté de mener une opération militaire à Rafah, la dernière grande ville de la bande de Gaza. Car aux yeux du Premier ministre israélien, abandonner cette idée reviendrait à perdre le conflit. "Quiconque veut nous empêcher de mener une opération à Rafah nous dit en fait de perdre la guerre" a-t-il argué, répondant aux craintes de la communauté internationale.

Déterminé, malgré les craintes

Après des offensives dans la ville de Gaza, puis dans celle de Khan Younès, Israël se prépare en effet à entrer à Rafah. De quoi provoquer de vives inquiétudes pour le sort de la population civile sur place, en grande majorité des Palestiniens déplacés par les combats dans le reste du territoire. Alors, depuis plusieurs jours, les alertes sur les dangers d'une opération dans cette ville, où s'entassent environ 1,4 million d'habitants, se multiplient. Emmanuel Macron a par exemple prévenu que cette opération aboutirait "à un désastre humanitaire sans précédent". Même Joe Biden, dont le pays est pourtant le premier soutien d'Israël, a rappelé que cette offensive "ne devait pas avoir lieu sans un plan crédible" pour protéger les civils. 

Dernière alerte en date, celle de l'Égypte. Interrogé à Munich à ce sujet ce samedi, le ministre égyptien des Affaires étrangères a ainsi décrit cette action militaire comme potentiellement "dévastatrice". "Ses conséquences et les menaces qu'elle fait peser sur la sécurité nationale égyptienne sont immenses", a estimé Sameh Shoukry au cours de la Conférence sur la sécurité.

De quoi même mettre "à rude épreuve" les relations bilatérales entre l'Égypte et Israël, a prévenu le chef de la diplomatie égyptienne. Une menace de taille, quand on sait à quel point Le Caire pèse dans les négociations à propos d'une libération d'otages détenus à Gaza. Qu'à cela ne tienne, Benyamin Nétanyahou a affirmé que même en cas d'accord avec le Hamas pour la libération des otages, l'armée israélienne mènerait son opération dans la dernière ville de la bande de Gaza. "Même si nous parvenons à un accord sur les otages, nous allons entrer dans Rafah", a-t-il déclaré samedi soir à Jérusalem, coupant court à toute spéculation.


F.S. avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info