L'info passée au crible

Non, un tribunal de Lisbonne n'a pas reconnu qu'il n'y avait eu "que 152 morts du covid-19"

Felicia Sideris
Publié le 27 juin 2021 à 19h26, mis à jour le 27 juin 2021 à 23h20
MIGUEL RIOPA / AFP

MIGUEL RIOPA / AFP

Source : MIGUEL RIOPA / AFP

BILAN - Des internautes assurent qu'au Portugal, un tribunal aurait reconnu que les "décès officiels" du covid-19 dans le pays ne dépassent pas les 152 victimes. C'est faux.

Ils continuent à penser que l'épidémie n'est qu'un prétexte. Près d'un an et demi après le début du covid-19, des internautes assurent que le virus ne tue pas. Et que les chiffres des décès ont été truqués. Pour preuve, ils citent la décision d'un tribunal de Lisbonne, à qui est attribué un jugement selon lequel seules 152 personnes sont réellement décédées du virus dans le pays, "et non les 17.000 prétendus". Qu'en est-il réellement ? 

Le prisme d'une seule source

Les internautes qui diffusent cette information s'appuient sur un arrêt du tribunal administratif de Lisbonne mis en ligne par un blog local. Il s'agit bien d'un document authentique, daté du 19 mai. On retrouve bien ce chiffre de 152 décès dans le dernier paragraphe de la page 13. On y lit - en portugais - qu'entre 2020 et 2021, "152 certificats ont été délivrés par des médecins travaillant pour le ministère de la Justice, dont la cause première du décès était le coronavirus". C'est cette citation qui est utilisée pour monter que le bilan officiel serait bien en deçà des chiffres diffusés par les autorités sanitaires.

Cependant, les internautes oublient de relever une information de taille. Dans cette phrase, il est bien précisé que le tribunal ne prend en compte que les certificats délivrés par ces fameux "médecins qui travaillent pour le ministère de la Justice". Or, ils ne représentent qu'une fraction des personnes habilitées à réaliser ces certificats. Auprès de l'Observador, un site certifié par l'IFCN comme faisant partie du réseau international de fact-checking, les autorités sanitaires ont précisé le rôle de ces experts. 

Ils sont en fait habilités à collaborer au processus de certification des décès uniquement lorsqu'il existe "des soupçons qu'un crime a entraîné la mort". "Les autopsies médico-légales pratiquées par les médecins rattachés au ministère de la Justice ont lieu dans des situations de mort violente ou de cause inconnue", a ainsi noté la Direction générale de la Santé portugaise auprès de nos confrères. Ils ne représentent donc que "la plus petite partie" des sources qui certifient les décès liés à l'épidémie. "La grande majorité des certificats de décès [...] sont délivrés par des médecins ayant un lien avec le ministère de la Santé", et non pas celui de la Justice. 

Les autorités ont par ailleurs confirmé qu'au 18 avril, il y avait bien, parmi les certificats de décès relatifs au coronavirus, 152 certificats signalés par le ministère de la Justice. Et que, ce même jour, "un total de 16.945 décès du covid-19 ont été confirmés au Portugal". La décision du tribunal ne montre donc "aucun écart" avec les données officielles disponibles.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info