Verif'

Nord Stream : Joe Biden avait-il révélé par erreur que les Américains voulaient faire exploser le gazoduc ?

Publié le 28 février 2023 à 13h07

Source : Le CLUB

Le journaliste Seymour Hersh aurait la preuve de l'implication des États-Unis dans le sabotage des gazoducs Nord Stream.
Joe Biden aurait lui-même, malencontreusement, révélé avoir ordonné cette action.
Nous avons voulu vérifier ces nouvelles "révélations".

Cinq mois sont passés, et le mystère reste entier. Tandis que les responsables derrière le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2, qui a eu lieu le 26 septembre dernier, ne sont toujours pas connus, les théories pour expliquer l'explosion de ces installations reliant la Russie à l'Allemagne se multiplient. Dernière en date, celle d'un certain Seymour Hersh, qui affirme que Washington et la CIA seraient les instigateurs de ces opérations, avec la complicité de la Norvège. Une théorie déjà décryptée par le passé, mais qui refait surface avec un nouvel élément : Joe Biden aurait lui-même, malencontreusement, révélé avoir donné cet ordre. 

La menace de sanctions

Cette rumeur vient de Seymour Hersh lui-même. Deux semaines après avoir publié une enquête qui nécessite d'être relayée avec la plus grande précaution, le journaliste américain a accordé un entretien à RT. Il y affirme que le président des États-Unis aurait malencontreusement laissé échapper son projet lors d'une conférence de presse. "Dans les trois semaines" qui ont suivi le prétendu briefing sur "l'opération secrète", le locataire de la Maison blanche aurait "déclaré publiquement" : "Nous arrêterons Nord Stream 1". "Tout est connu et documenté", précise le journaliste au micro du média international au service de l'État russe

Selon nos recherches, le lauréat du prix Pulitzer en 1970, fait référence à une conférence de presse qui s'est tenue le 7 février 2022. Dans une prise de parole conjointe, Joe Biden et le chancelier allemand Olaf Scholz sont interrogés au sujet du projet Nord Stream 2. Lors de ces échanges avec la presse, notamment disponibles sur le site de la Maison Blanche, un journaliste interpelle le président des États-Unis sur "l'engagement que l'Allemagne fermera ce projet si la Russie envahit l'Ukraine". Joe Biden répond alors : "Si la Russie envahit l'Ukraine, c'est-à-dire si des chars ou des troupes traversent à nouveau la frontière ukrainienne, alors... Nord Stream 2 n'existera plus. Nous y mettrons fin." Le Chancelier allemand corrobore ensuite les propos de son homologue en assurant agir avec Washington sur la question. À noter que cette prise de parole ne concerne que Nord Stream 2, qui n'est pas en fonctionnement, contrairement à ce qu'indiquait Seymour Hersh dans sa prise de parole. 

LES VÉRIFICATEURS - "C'est fait" : le faux SMS qui prouverait le rôle de Londres dans le sabotage ?Source : TF1 Info

Dans ce contexte, on comprend donc que Joe Biden évoquait la fermeture du gazoduc comme moyen de pression face à une éventuelle invasion russe. Et qu'il ne révélait absolument pas un "plan secret" en accord avec la CIA et la Norvège. Ce sont d'ailleurs exactement ces menaces qui ont été mises à exécution quelques jours avant le début de la guerre. Dès le 22 février, l'Allemagne a suspendu la certification du gazoduc, mettant un coup d'arrêt au projet en réponse à la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk. Sans cette certification,"Nord Stream 2 ne peut pas être mis en service", comme l'annonçait le chancelier allemand. Nord Stream 2 est "mort au fond de la mer", répétait le lendemain Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Felicia SIDERIS

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info