Nouveau tir de missile de la Corée du Nord après avoir promis une riposte "féroce"

A. Lo. avec AFP
Publié le 17 novembre 2022 à 10h46
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

La Corée du Nord a procédé jeudi à un nouveau tir missile balistique.
Ce tir intervient quelques heures après que Pyongyang a promis une riposte "féroce" au renforcement de l'alliance militaire entre Washington, Séoul et Tokyo.
Selon Washington, un essai nucléaire serait "imminent" de la part de la Corée du Nord.

Nouveau tir de la part de la Corée du Nord. Quelques heures après avoir promis une riposte "féroce" suite au renforcement de l'alliance militaire entre Washington, Séoul et Tokyo, la Corée du Nord a tiré un missile balistique à courte portée vers 10h48 (02h48 heure de Paris) depuis la région de Wonsan, sur sa côte est, en direction de la mer du Japon.

Une réponse "forte et ferme" en cas d'essai nucléaire

Selon l'état-major sud-coréen, le missile a parcouru 240 km à une altitude maximale de 47 km. Le Japon a confirmé le tir. Le bureau du Premier ministre nippon a dénoncé "les lancements répétés de missiles balistiques qui menacent la paix et la sécurité de notre pays et des communautés régionale et internationale".

Ces derniers mois, les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon ont intensifié leurs manœuvres militaires conjointes face aux menaces de la Corée du Nord. Des exercices que Pyongyang analyse comme des répétitions générales à une invasion de son territoire ou à un renversement de son régime.

De son côté, Joe Biden a tenté, au cours d'une rencontre mardi en marge du sommet du G20 à Bali, de convaincre son homologue chinois, Xi Jinping, d'intercéder auprès de la Corée du Nord pour qu'elle renonce à effectuer un essai nucléaire, comme Washington et Séoul lui en prêtent l'intention. Joe Biden, son homologue sud-coréen Yoon Suk-yeol et le Premier ministre japonais Fumio Kishida ont d'ailleurs promis une réponse "forte et ferme" si Pyongyang réalise cet essai, qui serait le premier depuis 2017 et le septième de son histoire.

Lire aussi

La Corée du Nord a procédé début novembre à une rafale sans précédent de lancements de projectiles, dont celui d'un missile balistique qui est tombé près des eaux territoriales de la Corée du Sud. Le président Yoon avait dénoncé une "invasion territoriale de facto". Les dernières séries de lancements se sont accompagnées de barrages d'artillerie près de la ligne de démarcation intercoréenne et de sorties aériennes de grande envergure dans le ciel nord-coréen. Les analystes expliquent l'activité de la Corée du Nord par les divisions au sein du Conseil de sécurité de l'ONU qui empêcheraient l'application de nouvelles sanctions contre le pays, ce dont il ne manquerait pas de profiter.


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info