Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"Nuremberg 2" : l'organisateur d'un faux procès des complotistes a-t-il accaparé 1,3 million d'euros de dons ?

Felicia Sideris
Publié le 26 septembre 2022 à 19h44
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le principal instigateur du prétendu tribunal "Nuremberg 2", mis en scène par des milieux complotistes, est accusé d'avoir détourné certains fonds du projet.
Sa "camarade" Viviane Fischer affirme ce vendredi que Reiner Fuellmich est parti avec 1,35 million d'euros issus de dons.
Le principal intéressé rétorque qu'il s'agit d'un investissement pour le "Comité".

Après s'être fait une notoriété sur la peur, a-t-il voulu la monétiser ? Reiner Fuellmich, qui décrivait le Covid-19 comme une "fraude", est désormais accusé d'en avoir orchestré une. L'avocat allemand, devenu l'un des principaux visages de la sphère complotiste, a surfé sur sa renommée pour créer le "Comité Corona". Et promettre à qui voulait l'entendre - et le croire - qu'un "procès populaire" visant à juger de prétendus crimes commis pendant la crise du coronavirus allait être créé. Un "Nuremberg 2", comme il l'avait baptisé en juin 2021. Un an plus tard, non seulement ce "tribunal international" n'a jamais vu le jour, mais en plus, certains fonds nécessaires à ce simulacre de procès auraient disparu. 

23.500 euros par mois pour gérer des mails

Le créateur de cet événement en ligne, supposé punir les "responsables de la pandémie", est accusé par le reste du Comité d'avoir détourné près de 1,3 million d'euros. Dans une vidéo de dix minutes à l'esthétique dramatique publiée le 23 septembre, Viviane Fischer explique en effet que son "camarade" a gagné "29.750 euros par mois" pour la seule "gestion de la boite mail". Malgré l'accord des fondateurs qu'aucun d'entre eux "ne devait être indûment rémunéré pour ses services", l'avocat allemand aurait facturé "entre 650.000 et 660.000 euros" issus de dons pour le compte de son propre cabinet d'avocat. Viviane Fischer ajoute qu'il aurait également utilisé 700.000 euros de leur "réserve d'argent" pour ... "Investir dans sa maison". "Cet argent, qui était sous le contrôle de Reiner, aurait dû être prêt à être utilisé à tout moment. Mais (…) il est devenu évident que Reiner ne peut pas rendre cet argent facilement." D'après cet autre visage du complotisme, il n'est à ce jour "pas certain" que cet argent puisse un jour "être remboursé". 

Lire aussi

Interrogé par la presse allemande sur ces accusations, le principal concerné a sobrement déclaré que son cabinet commenterait l'affaire "la semaine prochaine". Il a cependant d'ores et déjà réagi dans une interview en ligne. Il ne nie pas. Mais ne voit pas non plus le problème. Dans cet entretien en ligne, celui qui pense que "la reine d'Angleterre est contrôlée par le Vatican, lequel appartient à la famille juive Rothschild", attaque d'abord frontalement Viviane Fischer, cette "plouc" qui n'est "pas capable de parler de manière structurée et d'agir de manière structurée". La décrivant tour à tour comme une "petite fille capricieuse", et une femme "instable", il explique qu'elle n'a jamais pu faire face aux mails et appels toujours plus nombreux. C'est pourquoi il aurait choisi d'utiliser sa propre entreprise, un "vrai cabinet d'avocats", pour ces missions, le temps que le Comité "embauche quelqu'un". "Mais les choses ont empiré. Nous avons dû traiter, je crois, 340.000 e-mails au cours des deux dernières années", argue-t-il. Un service qu'il concède avoir facturé "une somme forfaitaire de 23.500 euros" par mois. 

Menaces, agressions... Jusqu'où ira la violence des anti-vaccins ?Source : JT 20h Semaine
JT Perso

Quant au reste du pactole, il assène là aussi qu'il n'a rien à se reprocher. Le Comité aurait même été au courant de son initiative. D'après son récit, face au risque que les comptes de l'association soient saisis par la justice, Viviane Fischer et lui-même auraient retiré une partie de la réserve. "Elle a retiré 100.000 euros et j'ai retiré 700.000", précise-t-il, ajoutant avoir ensuite pris la décision d'injecter cette somme dans sa propriété. "Ainsi, je pouvais à tout moment, compte tenu de la valeur très élevée de ce bien, contracter un prêt si nous faisons face à des problèmes de liquidité", plaide-t-il. Une démarche qui, d'après lui, était connue de sa "camarade". 

En somme, c'est une affaire de très, très gros sous qui agite la sphère complotiste allemande. Une chose est sûre, ces personnalités controversées se sont enrichies. Au détriment des personnes qui ont pu croire en leurs théories farfelues. 


Felicia Sideris

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info