"Ballons espions", objets volants : Chine et États-Unis se renvoient la balle

Objets volants abattus : "pas d'indication d'activité extraterrestre", selon Washington

par M.G avec AFP
Publié le 13 février 2023 à 22h34
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : Sujet TF1 Info

Il n'existe aucune "indication d'activité extraterrestre", a affirmé lundi la porte-parole de la Maison Blanche.
Cette sortie intervient quelques jours après que plusieurs engins volants non identifiés ont été abattus par l'armée américaine.

La présidence américaine lève (partiellement) les doutes. "Je sais qu'il y a eu des questions et des préoccupations à ce sujet mais il n'y a aucune indication d'extraterrestres ou d'activités extraterrestres avec ces récents abattages", a déclaré lundi Karine Jean-Pierre. Selon la porte-parole de la Maison Blanche, il était "important" de répondre à ces interrogations. 

Menace pour le trafic aérien civil

Lors du même point presse lundi, le porte-parole du Conseil national de sécurité, John Kirby, n'a livré que peu de détails sur l'origine de ces appareils ou sur la possibilité qu'ils aient été dotés de capacités de collecte d'informations. "On n'est pas certains qu'ils aient été dotés ou non d'une capacité de surveillance, mais on ne peut pas l'exclure", a-t-il affirmé, indiquant que les débris n'avaient pas encore été récupérés après être retombés dans des zones reculées ou difficiles d'accès. Selon lui, l'ordre de les mettre hors d'état de nuire a été donné en raison du danger potentiel qu'ils représentaient pour le trafic aérien civil. Ils n'incarnent, toutefois, pas de "menace" militaire, rassure-t-il.

Trois objets aux caractéristiques encore floues

Pour rappel, les États-Unis ont détruit trois objets volants non identifiés au-dessus de leur territoire et du Canada, ces derniers jours. Plus précisément, lesdits objets ont été abattus vendredi au-dessus de l'Alaska (nord-ouest), samedi au-dessus du Yukon dans le nord-ouest canadien, et dimanche au-dessus du lac Huron, dans le nord des États-Unis. Le tout dans un contexte où un ballon chinois suspecté d'activités d'espionnage a été désintégré par les forces de Washington. "L'une des raisons pour lesquelles on en voit plus, c'est que nous les cherchons plus", a glissé John Kirby, soulignant que les capacités radar avaient été adaptées en ce sens. Sans cela, "il est difficile de détecter des objets qui se déplacent lentement à haute altitude", a-t-il mis en avant. 

Quelques éléments ont, tout de même, filtré ces dernières heures. Les deux premiers "objets" détruits avaient la taille d'une petite voiture - alors que le ballon chinois était aussi gros que trois autobus - et volaient à 12.000 mètres. Celui détruit dans le Yukon était selon Ottawa de forme "cylindrique". En outre, le Pentagone a décrit l'aéronef détruit dimanche comme "octogonal", sans nacelle, se déplaçant lentement à une altitude de 6000 mètres.

Lire aussi

Le général Glen VanHerck, chef du commandement de la défense aérospatiale pour l'Amérique du Nord (Norad), interrogé dimanche à ce sujet, avait dit n'avoir "rien exclu à ce stade", une phrase immédiatement devenue virale.


M.G avec AFP

Tout
TF1 Info