En réaction à la crise diplomatique entre Rome et Paris, la France a décidé de renforcer ses contrôles aux frontières.
Cette sanction est effective depuis ce jeudi soir.
Ces contrôles ont été musclés sur "plus d'une dizaine" de points de passage.

Depuis 20h, la sanction est tombée. Des contrôles renforcés, décidés par Paris après le refus de Rome de laisser accoster l'Ocean Viking, sont effectifs depuis ce jeudi 10 novembre au soir sur "plus d'une dizaine" de points de passage, y compris en montagne.

500 policiers et gendarmes supplémentaires

Il s'agit de "contrôler les gares, les axes secondaires, notamment près de Menton, mais aussi Sospel ou Breil-sur-Roya, les axes autoroutiers, en particulier l'A8, les sorties, péages et aires d'autoroute", a indiqué la Direction générale de la police nationale (DGPN) auprès de l'AFP. Près de 500 policiers et gendarmes supplémentaires vont être mobilisés pour ces contrôles afin de garantir "une sécurisation H24", a précisé la même source.

L'essentiel de ces "points de passage autorisés" (PPA) sont situés dans les Alpes-Maritimes, "qui concentrent les deux tiers des non-admissions en 2022", selon la DGPN. Le renforcement des contrôles "s'étend néanmoins sur plusieurs départements avec les zones de montagne et les différents grands axes internationaux". Le dispositif, piloté par la police aux frontières (PAF), comprend des effectifs de la sécurité publique, de maintien de l'ordre (CRS et gendarmes mobiles) et des gendarmes départementaux. Il doit être au complet d'ici à dimanche.


F.S.

Tout
TF1 Info