Pérou : le président Pedro Castillo destitué et placé en détention

S.M avec AFP
Publié le 8 décembre 2022 à 15h07
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le Parlement péruvien a voté la destitution pour "incapacité morale" du président Pedro Castillo.
Ce dernier, visé par six enquêtes pour corruption ou trafic d'influence, a été placé en détention.
Une femme, Dina Boluarte, prend sa succession, devenant la première présidente du Pérou.

Il aura passé 17 mois au pouvoir. Le désormais ex-président péruvien Pedro Castillo a été placé en détention mercredi 7 décembre, après avoir été destitué pour "incapacité morale" par le Parlement. Cet ancien instituteur rural de gauche avait tenté de contrer cette procédure - la troisième à son encontre depuis le début de son mandat - en annonçant une dissolution du Parlement, sans succès. Une manœuvre qualifiée de "coup d'État" par de nombreuses personnalités politiques. Dans la foulée, Dina Boluarte a été investie présidente, devenant la première femme à la tête du pays. 

Arrivé au pouvoir en juillet 2021, Pedro Castillo, 53 ans, a été "placé en état d'arrestation", selon la justice. Des images l'ont montré assis dans un fauteuil, entouré de procureurs et de policiers. Selon les médias péruviens, Pedro Castillo a ensuite été transféré par hélicoptère vers une base des forces spéciales de la police à Lima, où il devrait être détenu pour une durée maximale de 15 jours. Une enquête pour "rébellion" a en outre été ouverte contre lui.

Six enquêtes pour corruption ou trafic d'influence

Issu du parti Pérou Libre se revendiquant du marxisme-léninisme, Pedro Castillo a beaucoup promis durant la campagne présidentielle : emplois, investissements publics, nouvelle constitution, renforcements des systèmes de santé, d'agriculture ou d'éducation… Mais son ignorance de la politique, les luttes internes du nouveau parti au pouvoir, les attaques de l'opposition et des dissensions au sein de ses différents gouvernements ont réduit à néant ses réalisations. Quatre mois après son élection, Pedro Castillo avait déjà nommé quatre Premiers ministres et son impopularité atteint un niveau record de 69%.

Lire aussi

En plus de ce chaos institutionnel, la justice a ouvert plusieurs enquêtes pour des soupçons de corruption ou de trafic d'influence impliquant directement le président Castillo ou son entourage. Des perquisitions ont eu lieu au secrétariat général de la présidence et même dans la résidence familiale des Castillo. La justice a même déposé un recours constitutionnel l'accusant du délit d'organisation criminelle de corruption, une première pour un chef de l'État dans le pays. Au total, il fait l'objet de six enquêtes distinctes, mais bénéficiait, jusqu'à sa destitution, de l'immunité présidentielle.

La nouvelle présidente du Pérou, Dina Boluarte, une avocate de 60 ans issue du parti de Castillo, a fait savoir, dès son investiture, sa volonté de former un gouvernement d'ouverture ou appeler à des élections anticipées. D'ici là, elle pourra rester à la tête du pays jusqu'à juillet 2026, date de fin du mandat de Castillo. 


S.M avec AFP

Tout
TF1 Info