Tensions au Pérou : le quai d'Orsay exhorte les Français à ne pas s'y rendre

TG avec AFP
Publié le 19 décembre 2022 à 23h06

Source : Sujet TF1 Info

Le ministère français des Affaires étrangères a appelé lundi les Français à ne pas se rendre au Pérou.
En cause, les protestations qui secouent le pays depuis la destitution du président Pedro Castillo.

"Les voyages au Pérou sont à proscrire." Le Quai d'Orsay a mis en garde ce lundi les Français qui envisageraient de se rendre dans ce pays, en proie des de violentes protestations.

"Nous rappelons à nos compatriotes que (...) les voyages au Pérou sont à proscrire", a souligné lundi Anne-Claire Legendre, porte-parole du quai d'Orsay dans un communiqué. La semaine dernière, elle les avait appelés à reporter les "voyages non essentiels". 

"Des ressortissants ont pu rejoindre la capitale"

"Une cellule de crise a été ouverte par notre ambassade au Pérou pour répondre à nos ressortissants en difficulté", a souligné lundi Anne-Claire Legendre, porte-parole du quai d'Orsay dans un communiqué. Cette dernière a précisé que "de premiers ressortissants français de passage ont pu rejoindre la capitale". La semaine dernière, elle avait appelé à reporter les "voyages non essentiels". De plus, l'ambassade française est "pleinement mobilisée (...) pour poursuivre la facilitation de ces opérations, notamment dans les régions (sud) de Cuzco et d'Arequipa, et assister" les ressortissants français "encore bloqués". Le porte-parole n'a pas précisé le nombre de Français concernés.

À l'origine de ces troubles : des protestations violentes, qui ont débuté le 7 décembre. Le président déchu de gauche radicale Pedro Castillo, 53 ans, a ordonné ce jour-là la dissolution du Parlement, qui avait peu après voté, à une large majorité, sa destitution pour "incapacité morale". Il avait été arrêté alors qu'il tentait de trouver refuge dans l'ambassade du Mexique. Débordé, le gouvernement a décrété dans la foulée l'état d'urgence sur tout le territoire. Depuis, ses partisans exigent la libération de Pedro Castillo, la démission de celle qui lui a succédé, Dina Boluarte (qui a déjà annoncé qu'elle ne partirait pas), la dissolution du Parlement et des élections générales immédiates.

La France suit "avec préoccupation" la situation au Pérou où les violences ont fait plus d'une vingtaine de morts et des centaines de blessés. "Nous demandons l'arrêt immédiat des violences et la reprise du dialogue pour qu'une issue pacifique soit trouvée dans le respect de l'État de droit et de la Constitution", a par ailleurs déclaré le porte-parole du ministère français. "Nous appelons l'ensemble des acteurs à s'engager dans les réformes politiques nécessaires à la résolution de la crise et à la stabilité démocratique du pays".


TG avec AFP

Tout
TF1 Info