"Désastre écologique" : une marée noire souille les plages du Pérou

L.A. avec AFP
Publié le 22 janvier 2022 à 17h58, mis à jour le 22 janvier 2022 à 22h23
JT Perso

Source : TF1 Info

POLLUTION - L'accident samedi dernier d'un pétrolier a souillé les côtes du pays sur au moins 18km. Les autorités parlent du "pire désastre écologique" qu'ait connu le Pérou ces dernières années.

Des kilomètres de plages noircies par le pétrole. La marée noire s'est produite samedi dans la raffinerie La Pampilla, à Ventanilla, dans région de Lima, au Pérou. Selon son propriétaire, la compagnie espagnole Repsol, les mauvaises conditions maritimes provoquées par l'éruption volcanique aux Tonga sont responsables de la catastrophe. 

Plus de 6 000 barils de brut déversés

L'accident a eu lieu lors du déchargement des barils d'un tanker. L'entreprise a d'abord évoqué un "déversement limité", indiquant au parquet que la quantité concernée ne dépassait pas 7 galons, soit 0,16 barils. Un constat rapidement contredit par le ministre de l'Environnement, qui a avancé le nombre de 6 000 barils déversés dans l'océan Pacifique. 

Outre une vingtaine de plages polluées, "cette terrible situation met en péril la flore et la faune dans deux aires naturelles protégées", la réserve nationale du système des îles et îlots et la zone protégée d'Ancon.

Le gouvernement péruvien a réclamé mercredi des dédommagements à Repsol, alors que la marée noire a touché plus de 174 hectares - l'équivalent de 270 terrains de football - sur le littoral et 118 hectares en mer, selon les autorités. 

Repsol doit payer pour ce dommage immédiatement

ministère péruvien des Affaires Etrangères

"Repsol doit payer pour ce dommage immédiatement" a déclaré le ministère des Affaires étrangères sur Twitter, ajoutant que la marée noire a provoqué un grave préjudice à des centaines de familles de pêcheurs artisanaux travaillant sur la zone sinistrée. Une trentaine d'entre eux ont manifesté devant les portes de la raffinerie La Pampilla avec leurs filets de pêche, et des cadavres d'oiseaux couverts de pétrole.

De son côté, Repsol a rejeté les accusations portées contre l'entreprise, assurant que les autorités péruviennes n'avaient pas émis d'alerte sur un possible renforcement de la houle en raison de l'éruption volcanique aux Tonga.

"Nous ne pouvons pas dire qui est responsable de ce regrettable accident", a ainsi déclaré Tine van den Wall Bake Rodríguez, la porte-parole de Repsol au Pérou. 

Jusqu'à 34,5 millions de dollars d'amende

La justice péruvienne a ouvert une enquête pour pollution environnementale contre les responsables de la raffinerie. Selon les autorités, l'entreprise risque jusqu'à 34,5 millions de dollars d'amende. 

Le gouvernement péruvien a annoncé ce samedi une "urgence environnementale" de 90 jours pour la zone côtière endommagée. Une mesure qui doit permettre une "gestion durable des zones touchées", avec des "travaux de récupération et d'assainissement" pour atténuer les conséquences de la catastrophe.

Selon les premières conclusions des experts environnementaux, le nettoyage des zones polluées pourrait durer au moins deux ans.


L.A. avec AFP

Tout
TF1 Info